Cet article date de plus de huit ans.

Les ventes de pilules de 3e et 4e génération chutent de 25% en janvier

L'Agence du médicament estime qu'elles ont reculé d'environ 25% par rapport à la même période en 2012.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les ventes des pilules de 3e et 4e générations ont chuté en janvier 2013 par rapport à 2012, rapporte l'Agence du médicament le 25 février 2013. (ERIC BERACASSAT / ONLY FRANCE / AFP)

L'alerte lancée sur les risques liés aux pilules de 3e et 4e génération n'est pas restée sans effet. Une chute d'environ 25% des ventes de ces contraceptifs, accusés d'accroître les risques de thrombose, a été enregistrée en janvier 2013 par rapport à 2012, selon des chiffres diffusés lundi 25 février par l'Agence du médicament (ANSM). Mais ces reculs ont été compensés en partie par une hausse de 16% des ventes de pilules de 1ère et 2e génération.

De manière plus générale, les ventes de pilules toutes confondues ont décliné de 3,5% sur cette même période. Cela signifie qu'environ 150 000 femmes ont cessé d'acheter des pilules en France.

Trente-six nouveaux accidents en janvier

Dans une mise à jour de ses chiffres, l'ANSM note également une hausse des cas notifiés d'accidents en relation avec la prise de pilule, avec 36 nouveaux cas en janvier. Ils viennent s'ajouter aux 567 accidents veineux et 52 accidents artériels précédemment répertoriés entre 1985 et début janvier 2013.

L'agence fait aussi état de deux nouveaux décès, survenus l'un en 1999 (une femme de 45 ans sous pilule de 2e génération) et l'autre en septembre 2012 (une femme de 22 ans sous pilule de 3e génération). Cela porte à 15 le nombre total des morts attribuées aux pilules contraceptives depuis 1985. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La pilule et ses risques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.