Cet article date de plus de deux ans.

Aux États-Unis la Cour suprême s'apprête à annuler le droit à l'avortement : c'est une "remise en cause de l'État de droit", selon une spécialiste

"Interdire l'avortement, va augmenter le risque d'avortements clandestins", a affirmé mardi sur franceinfo Marie-Cécile Naves, directrice de recherches à l'IRIS, spécialiste des États-Unis.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des militants pro-vie et pro-choix se rassemblent devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, le 2 mai 2022. (STEFANI REYNOLDS / AFP)

"La remise en cause du droit à l'avortement va créer de la division" aux États-Unis, a expliqué mardi 3 mai sur franceinfo Marie-Cécile Naves, directrice de recherches à l'IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques), spécialiste des États-Unis. La Cour suprême du pays s'apprête à annuler un arrêt historique reconnaissant depuis près d'un demi-siècle le droit à l'avortement, selon un projet de décision qui a fait l'effet d'une bombe à Washington. Le site d'informations Politico (en anglais), s'appuyant sur une fuite inédite de documents, indique s'être procuré l'avant-projet d'une décision majoritaire rédigé par le juge conservateur Samuel Alito et daté du 10 février.

franceinfo : La Cour suprême peut-elle vraiment aller au bout et annuler cet arrêt ?

Marie-Cécile Naves : On n'est pas tellement surpris par cette possible, voire probable décision. On savait déjà que le droit à l'avortement était fragilisé dans le sens où la Cour suprême avait accepté d'entendre un certain nombre de cas et notamment la restriction à 15 semaines de grossesse. Cela laissait entendre que le droit à l'avortement allait être fragilisé. Ce qui surprend c'est la teneur des propos dans le brouillon. Ce n'est pas seulement une remise en cause d'un texte, ce sont vraiment des attaques frontales contre l'arrêt de 1973. C'est ça qui surprend.

Que dit ce brouillon ?

Que le raisonnement de l'époque est erroné, que cette décision de 1973 pourrait créer de la division dans le pays alors que c'est plutôt la remise en cause de ce droit qui va créer de la division. Aujourd'hui les deux tiers de la population américaine sont favorables au droit à l'avortement. Le clivage est beaucoup plus important au sein des responsables politiques américains entre conservateurs et démocrates que dans la population.

Quel est le risque ?

Cette remise en cause va laisser davantage de latitude aux États fédérés et créé des inégalités d'accès extrêmement importantes. Interdire l'avortement ne fait pas baisser le taux d'avortement, il va augmenter le risque d'avortements clandestins. Donc c'est la vie et la santé des femmes qui est en jeu dans ce sujet-là. Cela représente une remise en cause de l'État de droit et une polarisation très forte entre deux partis du pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.