La lutte contre le cancer, l'un des objectifs de la politique santé de Chirac

La lutte contre le cancer a été l’un des grands chantiers de l’ancien président de la République Jacques Chirac, décédé aujourd’hui à l’âge de 86 ans. 

Jacques Chirac s’est engagé contre le canceren 2003, en lançant le premier plan de mobilisation avec à la clé 70 mesures et un budget de 100 millions d’euros. Ce plan reposait sur 5 axes principaux : la prévention, le dépistage, l’amélioration des soins, la recherche et un meilleur accompagnement social pour le malade.

"Je crois qu'on a créé du lien social avec le plan cancer, du lien social entre les soignants, entre les patients qui ont créé des associations et enfin entre les patients et les médecins. Je crois que ça a représenté une sorte de révolution dans la pratique médicale. ça a un peu dédramatisé, ça a mobilisé et motivé", souligne Jean-François Mattei, ministre de la santé au moment de l’élaboration de ce plan.

Lancement des Plans Cancer

Pour coordonner tous ces chantiers et faciliter leur mise en oeuvre, l'Institut national du cancer est créé en 2005. L'enjeu est de taille : réduire la mortalité. Cette volonté d'inscrire la lutte contre le cancer dans la politique publique a été confirmée par les successeurs de Jacques Chirac. En 2009, le président de la République Nicolas Sarkozy lance le Plan Cancer 2. En 2014, c'est au tour de François Hollande de s'engager avec le Plan Cancer 3. Si ces plans cancer ont permis un meilleur dépistage, une meilleure prise en charge des patients et de faire avancer la recherche, le cancer tue toujours : le plus meurtrier chez les hommes reste le cancer du poumon tandis que chez les femmes, c’est le cancer du sein qui se place au premier rang des décès. En 2018, plus de 157 000 personnes sont mortes d'un cancer en France.   

La lutte contre le cancer, l\'un des objectifs de la politique santé de Chirac
La lutte contre le cancer, l'un des objectifs de la politique santé de Chirac