Info France TV Des jouets pour enfants sont pollués par des retardateurs de flamme, des produits chimiques toxiques

Les journalistes de l'émission "Vert de Rage", diffusée sur France 5, ont analysé la présence de brome sur une centaine de jouets, dans le cadre d'une enquête sur ces substances considérées comme des agents cancerogènes ou des perturbateurs endocriniens. Résultat : 10% de ces produits pour enfants étaient contaminés.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
L'équipe de l'émission "Vert de Rage" a enquêté sur les retardateurs de flamme pour un documentaire qui sera diffusé le 15 janvier 2024 sur France 5. (PREMIERES LIGNES TELEVISIONS)

Ils s'immiscent dans tous nos objets du quotidien (meubles, textiles...) pour ralentir la propagation du feu en cas d'incendie. Censés nous protéger, les retardateurs de flamme bromés (RFB) sont pourtant considérés comme des agents cancérogènes ou des perturbateurs endocriniens, suspectibles d'affecter la fécondité et la fonction thyroïdienne des personnes exposées. Après avoir alerté sur la présence de ces substances chimiques dans le corps de pompiers, l'équipe de l'émission "Vert de Rage" a analysé la composition de jouets en plastique pour évaluer l'exposition des enfants à ces composants.

L'équipe de "Vert de Rage", dont le travail fera l'objet d'un documentaire diffusé sur France 5 le 15 janvier, révèle des résultats préoccupants, bien au-dessus des seuils autorisés. En France, la réglementation stipule que les niveaux de retardateurs bromés dans les jouets ne doivent pas dépasser 500 mg/kg. Or, sur environ 100 jouets testés par les journalistes grâce à l'utilisation d'un pistolet à fluorescence X, 10% dépassaient le seuil réglementaire.

Le journaliste Martin Boudot, de l'émission "Vert de Rage", effectue des analyses sur des jouets afin de mettre en évidence la présence de brome, dans un documentaire diffusé le 15 janvier 2024 sur France 5. (PREMIERES LIGNES TELEVISIONS)

Certains jouets montraient parfois des niveaux alarmants, comme un fusil en plastique où la concentration de retardateurs de flamme bromés atteignait 5 708 mg/kg, soit plus de dix fois la limite autorisée. Ces résultats ont été confirmés dans le laboratoire de Petra Pribylova, une spécialiste européenne des retardateurs de flamme.

"Vous pouvez avoir des effets hormonaux"

"Si votre bébé met un jour un plastique bromé à la bouche, vous ne pourrez pas détecter un effet instantanément. Mais si vous avez donc des expositions répétées pendant de longues années, vous pouvez avoir des effets hormonaux qu'on appelle perturbateurs endocriniens", analyse auprès de "Vert de Rage" Pierre Hennebert, ancien chimiste environnemental à l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) et spécialiste de ces substances.

Les jouets testés provenaient de diverses enseignes, dont Action et Carrefour. Contactée, l'enseigne Action affirme que ses propres tests, réalisés notamment sur une robe de princesse et une voiture de course, "n'ont révélé aucun problème" ou "confirment que le produit est entièrement conforme à toutes les exigences législatives de l'UE". Alerté sur un pistolet et une carabine en plastique non conformes, le groupe Carrefour répond de son côté avoir immédiatement prévenu le fabricant, Ferry, "tenu de mettre sur le marché des produits conformes aux différentes normes de conformité des pays dans lesquels il les commercialise".

L'équipe de l'émission "Vert de Rage" s'est rendu dans une garderie de Palaiseau, en banlieue parisienne, pour tester des jouets et la présence de brome, pour un numéro diffusé le 15 janvier 2024 sur France 5. (PREMIERES LIGNES TELEVISIONS)

Interrogé par "Vert de Rage", le fabricant affirme avoir été "vraisemblablement trompé par un fournisseur indélicat qui a probablement utilisé à son insu du plastique recyclé dans ses produits", plastique qui contenait "sûrement ces substances bromées". Après cette "malheureuse expérience", Ferry affirme avoir "ajouté le dosage [des retardateurs de flamme] à toutes ses analyses chimiques usuelles" afin de "parer à toute utilisation intempestive".

Face à cette situation préoccupante, qui soulève des questions sur les mesures à prendre pour garantir la sécurité des consommateurs, en particulier les enfants, l'équipe de "Vert de Rage" a interpellé Olivia Grégoire, ministre déléguée au Commerce, lors d'une conférence publique. Elle n'a pas souhaité réagir aux résultats de l'étude menée par les journalistes, pas plus que son cabinet.

>> L'émission "Vert de rage" consacrée aux retardateurs de flamme sera diffusée le 15 janvier à 21h05 sur France 5

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.