Cancer du sein : une opération et un suivi très coûteux

La Ligue contre le cancer publie aujourd’hui son 4e rapport annuel. Elle révèle que les suites d'une ablation du sein, une mastectomie, sont très mal vécues par les patientes. Et demande de meilleurs remboursements.

(Après une mastectomie, 5 femmes sur 6 ont besoin de soins supplémentaires © Voyagerix - Fotolia)

 La quasi-totalité des femmes qui ont eu recours à une mastectomie ont des frais  supplémentaires, un reste à charge après les remboursements de la sécu, que ce soit pour des crèmes cicatrisantes, des séances de kiné, ou tout simplement des consultations chez un psy après cette intervention très lourde et souvent traumatisante. Il y a aussi les dépassements d’honoraires de l’opération elle-même qui doivent être payés par les patientes. D’après cette étude plus d’une femme sur deux a des difficultés pour payer tous ces soins. 

Pour celles qui choisissent la reconstruction mammaire, c’est encore pire. Il y a en moyenne un reste à charge de plus de 1.300 euros par an. Une femme sur six doit faire appel à un financement extérieur pour s’en sortir. Plus que le montant c’est finalement le sentiment de ne jamais se sortir de cette maladie qui étouffe le plus les patientes. La Ligue contre le cancer demande donc un meilleur remboursement des prothèses, dont le montant n’a plus été réévalué depuis 30 ans. Mais aussi la prise en charge d’au moins dix séances de psy. Ces dépenses supplémentaires creusent encore plus les inégalités face à la maladie. 

Un rapport à lire ici