Cet article date de plus de douze ans.

Bruxelles a indiqué lundi que la Commission aiderait les Etats de l'UE et pays voisins dans l'achat de vaccins

"Pour ceux qui n'ont pas encore pré-acheté (des vaccins), nous allons les aider", a déclaré la Commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou, depuis Lisbonne, avant de préciser que près de "deux-tiers des pays de l'UE" avaient déjà pré-acheté de vaccins.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Pour ceux qui n'ont pas encore pré-acheté (des vaccins), nous allons les aider", a déclaré la Commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou, depuis Lisbonne, avant de préciser que près de "deux-tiers des pays de l'UE" avaient déjà pré-acheté de vaccins.

Pour les autres, qui comprennent aussi bien les "pays candidats à entrer dans l'UE", comme la Croatie, et les Etats voisins, "les discussions ont commencé", a ajouté la responsable européenne qui a effectué une visite de trois jours au Portugal dans le cadre d'une tournée dans les différents Etats-membres.

Cette aide pourra porter notamment sur la coordination des négociations avec les laboratoires, a précisé un porte-parole de la représentation de la Commission européenne à Lisbonne.

Mme Vassiliou a précisé que la Commission aurait préféré une politique coordonnée dans l'achat des vaccins, mais que "chaque Etat a préféré décider lui-même" de sa stratégie. "La Commission ne peut rien imposer", a-t-elle souligné.

La responsable à la Santé avait estimé samedi à 60 millions le nombre de personnes devant être vaccinées en priorité au sein de l'UE d'après des estimations du Centre européen de prévention et contrôle des maladies.

Dans la mesure où "la production de vaccins sera très limitée" dans un premier temps, "ma proposition était que les premiers vaccins aillent aux groupes à risque, comme les professionnels de santé ou encore ceux qui travaillent dans les aéroports et les ports", a-t-elle expliqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.