Bronchiolite : un deuxième produit d'immunisation approuvé en France, spécifiquement pour les femmes enceintes

Ce produit d'immunisation est destiné aux femmes enceintes à partir du huitième mois de grossesse.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La Haute autorité de Santé recommande ce vaccin du laboratoire Pfizer aux femmes enceintes uniquement à partir du 8e mois de grossesse. Photo d'illustration. (EMMA BUONCRISTIANI / MAXPPP)

Un deuxième produit d'immunisation contre la bronchiolite des nourrissons a été approuvé jeudi 13 juin par la Haute Autorité de Santé, a appris franceinfo. Après l'anticorps monoclonal Beyfortus approuvé en 2023, c'est l'Abrysvo, un vaccin du laboratoire Pfizer, qui est autorisé. Il est destiné aux femmes enceintes à partir du huitième mois de grossesse.

L'Abrysvo a un avantage. En plus d'immuniser la femme enceinte contre le virus syncitial respiratoire responsable de la bronchiolite, il protégera par son bébé dès la naissance. La Haute Autorité de Santé note une baisse de 67% des risques d'hospitalisation pour les nourrissons de 3 mois, et une baisse de 56% pour les bébés de 6 mois. 

Pas d'effets indésirables spécifiques pour le moment

Lors des études, il n'a pas été noté d'effets indésirables spécifiques. Mais en attendant de disposer de données sur les risques, ou non, de naissances prématurées liées à ce vaccin, la Haute Autorité de Santé préfère le recommander aux femmes enceintes uniquement à partir du huitième mois de grossesse. 

Dès le mois de septembre et le début de l'épidémie de bronchiolite, les parents auront donc le choix entre deux produits pour protéger leur nouveau-né. D'un côté ce vaccin de Pfizer pour femmes enceintes, l'Abrysvo, et de l'autre le Beyfortus, l'anticorps monoclonal des laboratoires Sanofi et Astrazeneca, injecté aux nourrissons dès la maternité. Le Beyfortus a déjà fait ses preuves l'hiver dernier. Selon l'Institut Pasteur, il a évité près de 6 000 hospitalisations d'enfants pour bronchiolite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.