Embryons modifiés : une avancée qui fait débat ?

Des chercheurs américains, chinois et coréens sont parvenus à effectuer la première modification de l’ADN d’embryons humains. Comment les États-Unis réagissent-ils à cette avancée scientifique. Soulève-t-elle, comme en France, des questions éthiques? En direct de Washington (États-Unis), Anne-Charlotte Hinet fait le point.

FRANCE 2

Des chercheurs américains, chinois et coréens sont parvenus à effectuer la première modification de l’ADN d’embryons humains. "Comme pour toute avancée scientifique de cette nature, il y a évidemment des questions éthiques qui se posent, même si la communauté scientifique ici comme en France s'accorde à dire que ces ciseaux moléculaires sont un petit pas pour l'Homme, mais un pas de géant pour l'humanité", explique Anne-Charlotte Hinet en direct de Washington aux États-Unis. "Encore faudra-t-il déterminer à quelles fins cette technique sera destinée. Et c'est là tout le débat", souligne la journaliste. 

Des bébés parfaits?

"Certains craignent qu'elle ne serve pas seulement à effacer ou traiter les maladies génétiques mortelles, mais qu'elles soient utilisées pour des raisons de convenance, pour créer des bébés parfaits, avec des caractéristiques spécifiques que seuls les parents les plus riches pourraient s'offrir", poursuit la journaliste. C'est précisément pour éviter ce genre de dérives qu'ici, aux États-Unis, à l'inverse de la France, la recherche sur la modification génétique des embryons ne reçoit aucun financement public."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le professeur Huang Junjiu à l\'université Sun-Yat-Sen à Canton (Chine), le 2 avril 2016. 
Le professeur Huang Junjiu à l'université Sun-Yat-Sen à Canton (Chine), le 2 avril 2016.  (LU HANXIN / XINHUA)