Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Dates limites de consommation : quand un fabricant fournit involontairement la preuve qu'elles pourraient être allongées

Nous avons tous, dans notre réfrigérateur ou nos placards, des produits dont la date limite de consommation est dépassée. Faut-il vraiment les jeter ? Qui fixe ces dates de péremption ? Pour comprendre selon quels critères une DLC est déterminée, "Envoyé spécial" s'est rendu chez un industriel.

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Faut-il forcément jeter les aliments dont la date limite de consommation est dépassée ? Qui fixe ces dates de péremption ? Pour comprendre selon quels critères une DLC est déterminée, "Envoyé spécial" a voulu se rendre chez un industriel. Tous les géants du secteur ont refusé de recevoir les journalistes. Avec ses 150 000 litres de lait collectés par jour, un fabricant de Poitou-Charentes est le seul à avoir accepté de jouer la transparence.

Qui fixe la date limite de consommation ?

A côté de son produit phare, un beurre de baratte très réputé, la laiterie produit aussi des yaourts. La durée de vie du beurre est fixée à 70 jours, celle des yaourts à 35 jours. Par qui ? Aucun organisme officiel ne vérifiant la manière dont une date limite est choisie (la réglementation européenne la rend seulement obligatoire), le fabricant peut la fixer à sa guise. Avec pour seul impératif de ne pas intoxiquer les consommateurs. Daniel, le directeur de la laiterie, et Marie, la responsable qualité, ont bien voulu nous montrer comment ils procèdent.

Pourquoi ne pas l'allonger ?

L'entreprise réalise ses propres tests, qu'elle commande à un laboratoire. Sont recherchées d'éventuelles bactéries pathogènes, telle la listeria monocythogenes, qui peuvent provoquer de sérieuses intoxications. A 35 jours, les yaourts sont sans risque, établissent les résultats du labo.

Avec Marie, les journalistes réalisent à leur tour un petit test : ils goûtent du beurre et des yaourts qui seront périmés dès le lendemain. Arrivés à leur dernier jour de consommation, ces produits semblent avoir conservé intacts leur texture et leur goût. Pourquoi ne pas essayer d'allonger la durée de vie de ces produits ?

DLC à géométrie variable

Après avoir plaidé le principe de précaution, mis en avant une possible diminution de la qualité des produits, les deux responsables vont donner, sans le vouloir, la preuve que leur date limite de consommation pourrait être significativement allongée. Cette preuve se trouve dans la chambre froide. C'est là que les produits destinés à l'export sont stockés, en attendant de partir en Chine ou à Dubaï.

Surprise : leur durée de vie n'est pas la même que celle des produits vendus en France. Vingt jours de plus pour le beurre, par exemple. Pour tous les pays vers lesquels le transport est long, la laiterie décale la date limite de consommation de ses produits… Le directeur est alors obligé de le reconnaître : en général, si les fabricants gardent des durées de vie courtes pour leurs produits, ce serait aussi pour des questions de profit.

Extrait de "Consommation : des dates un peu limite !", une enquête d'"Envoyé spécial" à voir le 5 septembre 2019.

Dates limites de consommation : quand un fabricant fournit involontairement la preuve qu\'elles pourraient être allongées
Dates limites de consommation : quand un fabricant fournit involontairement la preuve qu'elles pourraient être allongées (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)