Vente de steaks frauduleux à des associations : "C'est dégueulasse de filer ça à des mômes", s'insurge un bénévole

Les révélations sur la distribution de 1 500 tonnes de faux steaks hachés à des associations caritatives provoquent la colère dans les rangs des bénévoles.

L\'enseigne du Secours populaire.
L'enseigne du Secours populaire. (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

Après les lasagnes de cheval en 2013, un nouveau scandale alimentaire révélé vendredi 7 juin. Des faux steaks hachés ont été fournis des associations aidant les plus démunis. Des steaks contenant du gras, de la peau, du soja et de l'amidon ont été distribués depuis juillet aux Restos du cœur, au Secours populaire, à la Banque alimentaire et à la Croix rouge. 

Des bénévoles très remontés

Les bénévoles des associations caritatives sont consternés après ces révélations. Les faux steaks hachés ont été écartés des rayons il y a déjà quelques semaines dans certains locaux du Secours populaire. "Il y a à peu près un mois on a retiré des steaks hachés qui n'étaient pas beaux, explique une bénévole. Ils étaient un peu blancs, donc on les a enlevés des stocks." Un autre bénévole est particulièrement remonté. Selon lui, ce sont les plus fragiles qui mangent ces steaks : "Ceux qui prennent du steak haché le font souvent pour leurs enfants. C'est dégueulasse de filer ça à des mômes !" 

On nous donne de la mauvaise nourriture comme si nous n'étions pas des êtres humains!Une bénéficiaire du Secours populaireà franceinfo

La consternation est également au rendez-vous du côté des bénéficiaires de l'association : "Si c'est pour nous empoisonner, cela ne sert à rien de nous aider, s'énerve une mère qui vient souvent à la distribution alimentaire. Soit ils le font bien et ils nous donnent de la nourriture, soit ils ne nous donnent rien!"

Précision importante : ces faux steaks hachés fabriqués en Pologne ne sont pas mauvais pour la santé. Mais il y a bien eu tromperie sur la qualité. La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie a d'ailleurs annoncé vendredi que l'État va saisir la justice dans cette affaire.