Un poisson sur trois n'est pas celui indiqué sur le menu à Bruxelles

À Bruxelles (Belgique), au restaurant, un poisson sur trois n'est pas celui que l'on croit. Enquête.

FRANCE 2

Nouvelle affaire. À Bruxelles (Belgique) dans les restaurants, un poisson sur trois ne sera pas celui que l'on a commandé. Pour prouver que ses poissons sont bien les bons, le patron du restaurant ouvre sa cuisine à l'équipe de France 2. Les tests ADN sont pourtant sans appel. 150 restaurants de Bruxelles ont été testés et un poisson sur trois n'est pas celui annoncé sur le menu. 

Le prix, premier indicateur

De nombreux restaurateurs se rendent chez un grossiste au petit matin et ce n'est visiblement pas très compliqué de faire passer un poisson bon marché pour un poisson plus noble. "On peut détourner le dos de lieu noir (12,32 euros/kg) qui peut par magie se transformer en dos de cabillaud (18,42 euros/kg) dans certains restaurants", affirme Yassin Bouhaiji, grossiste de poisson frais. Pour un restaurateur peu scrupuleux, c'est très rentable. Le prix est un premier indicateur pour le client.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des poissons pêchés au large des Sables d\'Olonne (Vendée), le 9 janvier 2014.
Des poissons pêchés au large des Sables d'Olonne (Vendée), le 9 janvier 2014. ( FRANCE 3 / FRANCETV INFO)