Supermarchés : la revente de viande avariée, une pratique interdite mais répandue dans certaines enseignes

Publié Mis à jour
Supermarchés : la revente de viande avariée, une pratique interdite mais répandue dans certaines enseignes
France 2
Article rédigé par
R.Miri, J.Jonas, M.Petitjean, A.Fischer, L.Hauville, C.Paris, A.Papi, P.Giffard, M.Munilla, N.Sadok - France 2
France Télévisions

Les normes concernant les viandes transformées, vendues dans les supermarchés, ne sont pas toujours respectées. L'ancien boucher d'une grande surface dénonce la remballe de viande avariée pratiquée dans certains établissements.

Au rayon boucheries des supermarchés, les dates de péremption des aliments garantissent la fraicheur de la viande. Certaines enseignes s'affranchiraient toutefois des obligations. Un boucher, qui travaille dans la grande distribution, a accepté de témoigner anonymement. Il assure avoir vu de la viande avariée, des morceaux de porc brunis, périmés depuis plusieurs jours, être broyés et mélangés à des épices, avant d'être remis en vente. La viande est transformée en chair à saucisse, et remise sur les étals

Des taux de bactéries jusqu'à 1 000 fois supérieurs à la réglementation européenne

Remettre une viande périmée sur les étals est illégal, mais serait selon le boucher répandue. "Je n'ai jamais vu, le temps que j'y étais, un contrôle d'hygiène de la direction départementale de la protection des personnes", dit-il. Il assure pourtant l'avoir "harcel[ée] tous les jours"

Les équipes de France Télévisons se sont rendues près de Lille (Nord), afin de tester plusieurs viandes : pieds de porc, bavette marinée, merguez. Elles suivent un protocole strict, recommandé par un laboratoire certifié. Les analyses sont faites à Paris, dans un laboratoire indépendant. Verdict : les critères d'hygiène ne sont pas respectés. Les taux de certaines bactéries sont jusqu'à 1 000 fois supérieurs à la réglementation européenne. Ces familles de bactéries peuvent provoquer des vomissements, de la diarrhée, ou de la fièvre, indique Anissa Akkouche, directrice en microbiologie du laboratoire Bio-Goujard.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.