Sacs biodégradables : l'Agence de l'environnement préconise de faire payer les consommateurs

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) propose, vendredi 15 novembre, de rendre payants les sacs plastiques qu'on utilise aux rayons de fruits et légumes. Les précisions du journaliste Anthony Jolly sur le plateau de France 2. 

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Depuis le 1er juillet 2017, les sacs plastiques à usage unique sont interdits en caisses et aux rayons fruits et légumes, sauf s'ils sont compostables. Les seuls sacs en plastique autorisés sont des sacs réutilisables, et ils sont payants. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) veut aujourd'hui aller plus loin et faire payer tous les sacs, même ceux qui sont compostables", explique le journaliste Anthony Jolly sur le plateau du 13 Heures.

Plutôt utiliser un sac en tissu

Pourquoi payer pour un sac biodégradable ? "L'Agence estime qu'il y a confusion dans l'esprit de certains. Biodégradable ne veut pas dire qu'on peut le jeter dans la nature, mais que le sac peut être composté. Mais le compost doit être à une certaine température, il doit être brassé et couvert... bref, des conditions bien précises. Faire payer inciterait le consommateur à faire plus attention et à réfléchir à l'utilité de prendre un sac. Autre recommandation : ne plus utiliser ce terme 'biodégradable', et inscrire sur ces sacs 'Ne pas jeter dans l'environnement'. L'idéal est finalement d'utiliser un sac en tissu. Reste à voir si le gouvernement suivra ces préconisations", conclut-il. 

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Les rayons d\'un supermarché (illustration).
Les rayons d'un supermarché (illustration). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)