Restos du cœur : le gouvernement promet 15 millions d'euros d'aides supplémentaires pour l'association en difficulté financière

Les Restos du cœur sont confrontés à une "hausse très importante" du nombre de personnes qui demandent de l'aide et d'une "augmentation de ses coûts de fonctionnement", liée à l'inflation.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une distribution alimentaire des Restos du cœur au stade Vélodrome de Marseille, le 26 mars 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Il est "hors de question d'imaginer que les Restos puissent fermer la porte ou que les bénévoles doivent renoncer à aider celles et ceux qui se présentent", selon Aurore Bergé. Face aux difficultés financières rencontrées par l'association d'aide alimentaire, la ministre des Solidarités a annoncé, dimanche 3 septembre sur TF1, que "dans les prochains jours, 15 millions d'euros (...) seront mis sur la table" pour aider les Restos du cœur "à passer cette période et s'assurer que les Français les plus modestes soient accompagnés".

Quelques heures plus tôt, le président de l'association, Patrice Douret, avait affirmé que "les Restos du cœur pourraient mettre la clé sous la porte d'ici à trois ans", et que 150 000 personnes pourraient être éconduites cet hiver en raison du manque de ressources de l'association. Les Restos du cœur se retrouvent dans le rouge en raison de la "hausse très importante" du nombre de personnes qui demandent de l'aide et d'une "augmentation de ses coûts de fonctionnement", liée à l'inflation. L'association a déjà accueilli 1,3 million de personnes en 2023, contre 1,1 million sur l'ensemble de l'année dernière.

Par ailleurs, une enveloppe de six millions d'euros sera distribuée à des associations venant en aide aux tout petits (via la distribution de couches, lait infantile, petits pots, etc), a ajouté la ministre qui a aussi lancé un "appel solennel aux grandes entreprises" pour qu'elles se mobilisent "pour l'aide aux plus fragiles".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.