Cet article date de plus de deux ans.

Pénurie d'huile de tournesol : les industriels autorisés à utiliser d'autres huiles sans changer les emballages

L'Etat français a autorisé les fabricants de chips ou de biscuits, notamment, à produire avec de l'huile de colza plutôt que de tournesol, l'approvisionnement étant difficile du fait de l'invasion de l'Ukraine.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le rayon brioches d'un supermarché à Valence (Drôme), le 22 avril 2020. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

Si vous avez des difficultés à vous procurer de l'huile de tournesol, vous n'êtes pas le seul. Les industriels sont également affectés par des difficultés d'approvisionnement depuis l'invasion de l'Ukraine, qui représente la moitié de la production mondiale. Le ministère de l'Economie a annoncé, mardi 26 avril, que les fabricants de produits alimentaires pourraient remplacer l'huile de tournesol dans leurs recettes sans avoir à changer leurs emballages pour l'indiquer.

L'huile de tournesol entre dans la composition de nombreux produits transformés, comme les chips, les biscuits, les sauces et plats en sauce ou la margarine. Elle pourra être remplacée par l'huile de colza ou de palme.

Une exception pour les allergènes

La mesure sera valable pour six mois. Au-delà, si les industriels continuent d'utiliser une nouvelle recette, ils devront changer leurs emballages – selon Bercy, six mois est le délai actuellement nécessaire pour imprimer de nouveaux packagings. En revanche, dans un délai de deux mois, leurs produits devront porter une mention d'un changement, sans nécessairement le détailler.

Seule exception : si les fabricants utilisent de nouveaux produits allergènes, ils devront l'indiquer immédiatement. De même si la nouvelle recette rend certaines mentions ("100% bio", "sans huile de palme") mensongères.

"On parle de milliers de produits", explique à franceinfo Camille Dorioz, responsable de campagne au sein de l'ONG de défense des consommateurs Foodwatch, qui a lancé une pétition pour une meilleure information des consommateurs. "Certains industriels ont dit qu'ils n'avaient plus d'huile de tournesol et qu'ils avaient besoin de dérogation pour pouvoir continuer à faire ces produits. On ne remet pas le changement en cause, mais on demande une information claire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.