Nougat : une gourmandise centenaire

Le nougat s’est imposé en France au XVIIe siècle grâce au développement de la culture des amandes. Originaire d’Orient, il a longtemps été le monopole de Marseille, avant que la ville de Montélimar, dans la Drôme, ne lui vole la vedette et en produise plus de 4 000 tonnes par an.

France 3

Un mélange de miel toutes fleurs et lavande est chauffé au bain-marie dans une cuve en fonte, avant que ne soient ajoutés des blancs battus en neige. Telle est la base de la recette du nougat. Dans la nougaterie Arnaud-Soubeytan, à Montélimar, dans la Drôme, la torréfaction des amandes est une étape importante qui doit révéler tous les arômes du fruit. Didier Honnoré, directeur des lieux, explique : "À partir d’un niveau, on en rajoute minute par minute pour avoir la torréfaction parfaite : c’est juste doré".

Amandes et pistaches

La suite de la recette paraît simple : un léger filet de sirop de sucre, de généreuses pelletés d’amandes et quelques pistaches puis trois heures de malaxage… Didier Honnoré poursuit : "Un bon nougat de Montélimar, d’aspect, doit être blanc". Cela fait près de quatre siècles que Montélimar est la capitale du nougat, après avoir volé la vedette à Marseille. L’avènement des congés payés en 1936 a assis sa popularité : Montélimar est sur la route des vacances, une pause gourmande s’impose alors pour les familles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le nougat s’est imposé en France au XVIIe siècle grâce au développement de la culture des amandes.Originaire d’Orient, il a longtemps été le monopole de Marseille, avant que la ville de Montélimar, dans la Drôme, ne lui vole la vedette et en produise plus de 4 000 tonnes par an.
Le nougat s’est imposé en France au XVIIe siècle grâce au développement de la culture des amandes.Originaire d’Orient, il a longtemps été le monopole de Marseille, avant que la ville de Montélimar, dans la Drôme, ne lui vole la vedette et en produise plus de 4 000 tonnes par an. (France 3)