"Ne faites jamais du fast-food une récompense pour les enfants", conseille une nutritionniste

Un menu enfant dans un fast-food revient à manger son petit-déjeuner, son déjeuner et une partie de son goûter en un seul repas. Un repas "tout petit" et saturé en "graisse, sucre et sel". Un "véritable danger", selon Béatrice de Reynal, docteure en nutrition.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Derrière la "petite taille" des menus enfant des fast-food se cachent "beaucoup trop de graisses saturées, de sucre et de sel", dénonce une étude du CLCV. (VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP)

"Ne faites jamais du fast-food une récompense pour les enfants", conseille mardi 29 novembre sur franceinfo Béatrice de Reynal, docteure en nutrition et fondatrice de l’agence Nutrimarketing. Au lendemain de l'étude publiée par l'association de consommateurs CLCV sur les menus enfants, ces "bombes caloriques", la spécialiste rappelle que derrière la "petite taille" des portions se cachent "beaucoup trop de graisses saturées, de sucre et de sel". "Un véritable danger" à consommer avec modération.

"Pour l'équilibre alimentaire, on dit un produit frit par semaine, pas deux dans le même menu", insiste Béatrice de Reynal. Après avoir fait "l'autopsie de tous les produits" proposés dans les fast-foods, la nutritionniste assure que dans un menu enfant, composé d'un burger ou de nuggets, de frites ou de potatoes, "il y a plus de la moitié des calories du jour". Ce qui revient à manger son petit-déjeuner, son déjeuner et une partie de son goûter en un seul repas, "tout petit" qui plus est, et qui "ne donne pas l'impression d'être très calorique".

Un produit frit, pas deux

Sur la question des sodas et boissons sucrées, Béatrice de Reynal est catégorique : "De l'eau c'est bien". Elle alerte également sur le manque de fruits, de légumes et donc de fibres dans ces menus enfants. Face à ce constat, la spécialiste recommande "d'afficher le nutriscore partout" et de ne choisir qu'un produit frit au lieu de deux.

De son côté, la CLCV demande aux professionnels de s'engager "à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs menus et à proposer des portions adaptées aux différentes tranches d'âge en excluant les menus trop riches en calories".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.