Nanoparticules dissimulées : l'UFC-Que Choisir porte plainte contre neuf fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé, mardi, déposer neuf plaintes contre des fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques après avoir décelé la présence de nanoparticules dans "16 produits" testés.

L\'UFC-Que Choisir a décelé des nanoparticules dans 16 produits comme les M&Ms Peanut.
L'UFC-Que Choisir a décelé des nanoparticules dans 16 produits comme les M&Ms Peanut. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé, mardi 23 janvier, déposer neuf plaintes contre des fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques après avoir décelé la présence de nanoparticules dans "16 produits" testés et connus, comme les M&M's Peanut, le déodorant Sanex Natur 48h, le dentifrice Aquafresh triple protection, la soupe 'Poule au Pot' de Casino, ou encore le stick à lèvres nourrissant Avène.

L'UFC-Que Choisir dépose plainte "pour non-respect de l’obligation légale de signalement sur l’emballage", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Sur les 16 produits analysés, seuls trois mentionnent la présence de nanomatériaux sur leur emballage.

"Un texte européen exige une indication"

Fabienne Maleysson, la journaliste d'UF-Que Choisir qui a enqueté sur les nanoparticules, a expliqué mardi sur franceinfo que "ce qu'on a constaté, c'est que dans les produits alimentaires qu'on a testés il n'y en a aucun qui l'indique et dans les cosmétiques il n'y en a qu'un tiers".

"Un texte européen exige une indication sur l'étiquette depuis trois ans et il y a un arrêté qui est venu le rappeler en France", rappelle Fabienne Maleysson sur franceinfo. Cet arrêté dit que "compte tenu des incertitudes sur les risques sanitaires concernant les nanoparticules dans les produits de consommation ça doit être étiqueté dès la première nanoparticule présente".

L'association rappelle "l'impact sanitaire" potentiel et "environnemental" de ces nanoparticules, qui pénètrent dans l'organisme. "L'Institut national de la recherche agronomique (Inra), et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) ont ainsi souligné que certaines nanoparticules pouvaient avoir des effets promoteurs potentiels de la cancérogenèse", a rappelé l'UFC-Que Choisir.

L'UFC-Que-Choisir a demandé également au ministère de l'Économie et à la DGCCRF (répression des fraudes) de "publier la liste des produits alimentaires et cosmétiques silencieux sur la présence de nanoparticules, de poursuivre les fabricants en infraction et de maintenir durablement les investigations sur le sujet".

Les plaintes visent : le groupe Casino (soupe), JDE (Maxwell Cappuccino), Mars Chocolat France (M&M’s), Mc Cormick (Ducros Mélange Malin Italien), Colgate-Palmolive (déodorant Sanex), Lavera Gmbh & Co. KG (crème solaire), Avene (stick 0 lèvres nourrissant), Coty (Gloss de chez Bourjois) et GlaxoSmithKline (dentifrice Aquafresh).