Muesli avec ou sans pesticides : quand le bio fait la différence

L’association Générations futures a testé 20 mélanges de céréales de différentes marques. D’après une étude publiée mardi 11 octobre, les trois quarts des produits, tous non bio, contiennent des pesticides.

Selon l\'association Générations futures, 15 échantillons de mueslis non bio contiennent en moyenne neuf pesticides 
Selon l'association Générations futures, 15 échantillons de mueslis non bio contiennent en moyenne neuf pesticides  (DIEZ, O. / ARCO IMAGES GMBH)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

20 échantillons de mueslis ont été analysés pour une étude menée par l’association Générations futures. Le résultat dévoilé mardi 11 octobre est sans appel. Les 15 mueslis non bio contiennent tous de nombreux pesticides, soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens (substances chimiques qui interfèrent avec le système hormonal). En revanche, aucune trace suspecte n’a été décelée dans les céréales bio.

Une concentration de pesticide inquiétante

Les 15 échantillons de muesli testés "positifs" sont issus de grandes marques appartenant à des groupes internationaux, ou vendus sous des marques d’enseignes de magasins. D’après l’étude de Générations futures, ces produits contenaient en moyenne 9 pesticides et même une quinzaine pour l’un d’entre eux. De plus, les taux de concentration de ces pesticides sont alarmants : en moyenne 354 fois la dose autorisée dans l'eau. Une consommation classique de 50 à 100 g de céréales par jour n'est pas dangereuse mais les experts s'inquiètent des risques pour l'organisme liés au mélange des pesticides ingérés. 

Le danger du "cocktail" de pesticides

Le porte-parole de l'association Générations futures, François Veillerette, admet que "les quantités [de pesticides] ne sont pas astronomiques", mais il s'inquiète des effets "sur le long terme, pour les femmes enceintes et les jeunes enfants". "L’effet ne sera pas le même chez un homme de 50 ans que sur le fœtus âgé de deux mois dans le ventre de sa mère", précise-t-il. Les craintes portent aussi sur "l’effet cocktail" des pesticides. "Quand vous avez entre 5 et 14 résidus différents, dont la moitié sont des perturbateurs endocriniens, il y a vraiment quelque chose qui nous inquiète" prévient François Veillerette. "Les femmes enceintes ne devraient être exposées à aucun perturbateur endocrinien" affirme-t-il. "Tout se passe comme si les perturbateurs endocriniens programmaient certaines maladies qui vont se développer plus tard dans la vie de l’enfant à naître", conclut-il.

Les craintes portent aussi sur "l’effet cocktail" des pesticides : François Veillerette, porte-parole de l'association Générations futures
--'--
--'--

L'enquête dirigée par Générations futures sur les mueslis est à lire ici :

Des pesticides perturbateurs endocriniens dans des mueslis by Franceinfo on Scribd