Lutte contre le gaspillage alimentaire : Carrefour adapte la DLC

La mauvaise compréhension de la date de péremption est l'une raisons du gaspillage alimentaire. L'enseigne Carrefour adapte désormais les DLC pour mieux guider le client. 

France 2

"29 kg, c'est le poids moyen de nourriture jetée par an et par habitant en France. Il va falloir lutter absolument contre ce gaspillage alimentaire", explique la journaliste de France 2 Julie Poirier, en visite dans un supermarché Carrefour de Paris. Premier effort : "La date qu'on appelle la date limite de consommation (DLC) sur les lardons, le beurre et sur le jambon, a été prolongée de 20 jours. Sur l'emmental, nous avons ajouté dix jours et sur la crème cinq jours. Mais attention, ces dates-là, il faut les respecter", explique Bertrand Swiderski, directeur du développement durable chez Carrefour. 

Des produits sans DLC

Il distingue ensuite les produits secs. "Nous avons décidé d'étendre à tous nos magasins la vente des produits jusqu'à un mois après leur date. Ce qui va permettre de faire comprendre aux consommateurs que cette date n'est pas obligatoire", souligne Bertrand Swiderki. Certains produits n'ont plus de date de péremption, comme le sucre, les bombons ou encore le vinaigre. "Il y a beaucoup de travail. 20% du gaspillage alimentaire est dû à une mauvaise compréhension des dates de péremption", conclut Julie Poirier. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un rayon de supermarché à Paris, le 2 mars 2019.
Un rayon de supermarché à Paris, le 2 mars 2019. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)