Le retrait des laits infantiles Lactalis concerne "des millions de boîtes et des tonnes de lait" estime le directeur général de la santé

Après le retrait et le rappel de plus de 600 lots de produits infantiles, le directeur général de la santé, Benoît Vallet, estime que Lactalis "a joué le jeu et s'est engagé pour corriger ses déficits sur le plan de la sécurité sanitaire".

Benoît Vallet, directeur général de la santé, le 5 juillet 2017.
Benoît Vallet, directeur général de la santé, le 5 juillet 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Un retrait massif de laits infantiles du groupe Lactalis, plus de 600 lots, a été annoncé dimanche 10 décembre par le gouvernement en raison d'un risque de contamination par des salmonelles. Le gouvernement exige des "mesures correctives" avant toute reprise de la production. "Ce sont plusieurs millions de boîtes et des tonnes de lait" qui sont concernées, explique lundi sur franceinfo Benoît Vallet, directeur général de la santé. 

Cette nouvelle mesure "a été prise puisque nous avons eu un cas supplémentaire qui n'était pas concerné par les premiers lots [douze références retirées de la vente dès le 2 décembre]. Il a été considéré que des cas supplémentaires allaient venir et donc il était préférable d'étendre le dispositif", déclare Benoît Vallet.

Au moins 25 cas signalés 

Les enfants encourent des risques de diarrhées, voire de diarrhées sanglantes. Actuellement, 25 cas ont été signalés, mais "on peut imaginer qu'il y en a plus que cela qui n'ont pas été signalés par les médecins, qui les ont pris en charge correctement mais n'ont pas nécessairement recherché le germe qui était en cause."

Lactalis "a joué le jeu et s'est engagé pour corriger ses déficits sur le plan de la sécurité sanitaire. Il nous a semblé qu'ils n'avaient pas été assez loin et il y a eu des échanges avec eux, au plus haut niveau puisque c''est le ministre de l'Economie et des finances qui a pris la décision" d'étendre le retrait "après les avoir rencontrés", explique Benoît Vallet.

L'usine de Lactalis ne redémarrera "qu'à partir du moment où Lactalis aura montré un plan de gestion complet, que des prélèvements faits sur site seront négatifs, et que les services vétérinaires auront satisfaction par rapport à leurs exigences."