Lait : la filière se diversifie, le rayon s'agrandit

Le désamour croissant des Français pour le lait pousse le secteur à innover pour aller chercher d'autres clients. Pour se diversifier, certains producteurs lancent des offres de lait sans OGM ou bas carbone. Les rayons des produits laitiers risquent paradoxalement de s'agrandir. 

FRANCE 2

Toujours plus de choix dans les types de lait. Des briques et des produits laitiers d'une nouvelle gamme vont faire leur arrivée dans les rayons pour répondre aux attentes des consommateurs, parfois prêts à payer plus. Fini, le lait standard. Le pari des éleveurs de cette coopérative est de vendre du lait bio, du lait d'appellation d'origine protégée (AOP), mais aussi du lait de ferme, qui pollue moins, ou encore un lait de pâturages sans OGM.

C'est ce dernier lait qu'a choisi de produire Anthony Poisson, éleveur dans la Manche. Ses vaches sont toutes dehors, quelle que soit la météo, occupées à brouter l'herbe fraîche. Un atout pour un lait de meilleur goût, selon lui.  Leur repas : un mélange équilibré d'herbes, comme le trèfle. Fini le soja OGM.  

Dans les supermarchés courant 2020

Dans une autre ferme, l'éleveur a choisi la production de lait bas carbone. L'exploitation pollue de moins en moins grâce à de multiples transformations, comme l'alimentation. Le maïs a été remplacé par l'herbe. Pour obtenir un lait bas carbone, les agriculteurs utilisent des robots. Pas de carburant, donc moins de pollution. Pour l'électricité, on multiplie les panneaux photovoltaïques.

Pour une parfaite traçabilité, les collectes d'un lait bas carbone ou d'un lait de pâturages seront séparées de la ferme jusqu'à l'usine. Des contraintes qui pourraient augmenter le prix du lait. Les éleveurs espèrent quant à eux que leurs efforts seront récompensés. Ces nouvelles filières devraient être opérationnelles courant 2020.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vaches laitières en France, le 14 février 2017. (Photo d\'illustration)
Des vaches laitières en France, le 14 février 2017. (Photo d'illustration) (LOIC VENANCE / AFP)