Lait infantile contaminé : Lactalis dément avoir négligé des alertes de parents

"Le Canard enchaîné" affirme que le groupe a été prévenu "à quatre reprises" par des parents dont les enfants avaient déclaré une salmonellose, avant que la crise du lait contaminé n'éclate, fin 2017.

Des employés quittent le siège du groupe Lactalis, à Laval (Mayenne), le 17 janvier 2018.
Des employés quittent le siège du groupe Lactalis, à Laval (Mayenne), le 17 janvier 2018. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

De nouvelles accusations contre Lactalis. Le groupe laitier, mis en cause en 2017 dans une affaire du lait infantile contaminé, est soupçonné d'avoir négligé des alertes de parents dont les nouveau-nés ont déclaré une salmonellose après avoir consommé du lait infantile, selon un rapport d'enquête révélé par le Canard enchaîné. "Le groupe Lactalis conteste avec la plus grande fermeté les graves accusations et insinuations contenues dans l'article publié aujourd'hui par [l'hebdomadaire]", a indiqué le géant laitier à l'AFP, mercredi 9 janvier.

L'enquête de la répression des fraudes (DGCCRF), transmise aux magistrats chargés d'instruire ce dossier, établit selon Le Canard enchaîné "qu'à quatre reprises, entre juillet et septembre 2017 – avant, donc, qu'éclate la crise – des parents ont prévenu l'entreprise que leurs nouveau-nés avaient déclaré une salmonellose après consommation du lait infantile" et que l'entreprise n'a rien fait.

Lactalis envisage des "actions judiciaires" contre l'hebdomadaire

Selon l'hebdomadaire, les enquêteurs déclarent dans leur rapport que l'une des réclamations, datée du 8 septembre 2017, "aurait dû faire l'objet d'une attention particulière puisque l'usine [avait] pris connaissance quelques jours auparavant de la détection de salmonelles dans un prélèvement environnemental". Contactée par l'AFP, la répression des fraudes n'a pas souhaité s'exprimer sur ces informations, invoquant le secret de l'instruction.

Lactalis évoque "des informations erronées et des propos calomnieux qui portent gravement atteinte au principe de la présomption d'innocence". Le groupe dit envisager des "actions judiciaires".

Après le scandale lié à la contamination à la salmonelle agona, le géant laitier avait été contraint d'arrêter sa production à l'usine de Craon (Mayenne) en décembre 2017 et de rappeler l'ensemble de la production de lait infantile de ce site. Les salmonelloses sont des intoxications alimentaires, qui vont de la gastroentérite bénigne à des infections plus graves, notamment pour les jeunes enfants, les personnes âgées ou affaiblies.