Cet article date de plus de trois ans.

Lait contaminé : nos "11 000 contrôles" "n'ont pas permis de repérer la salmonelle Agona", selon Lactalis

Arnaud Boisnard, directeur général de Lactalis Nutrition Santé, a présenté, jeudi sur France Bleu Mayenne, ses excuses aux parents concernés par l'affaire de contamination de laits infantiles par des salmonelles.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'unité de production de poudre de lait de la marque Celia de l'entreprise Lactalis, à Craon (Mayenne), le 10 décembre 2017. (MAXPPP)

"La salmonelle Agona est particulièrement difficile à détecter", a expliqué Arnaud Boisnard, jeudi 21 décembre sur France Bleu Mayenne. Le directeur général de Lactalis Nutrition Santé a réagi alors qu'une contamination aux salmonelles frappe les laits infantiles de son entreprise. Pourtant, "11 000 contrôles" ont été effectués depuis le début de l'année sur les produits finis, a indiqué Arnaud Boisnard, mais ces opérations n'ont pas permis de détecter la bactérie.

>>>> Retrouvez toutes les références Lactalis retirées de la vente avec notre moteur de recherche

"Malgré un plan de contrôle très renforcé, a admis Arnaud Boisnard, avec des échantillons qui sont pris sur des quantités plus importantes que [celles requises par] la réglementation européenne (...), nos auto-contrôles n'ont pas permis de repérer la salmonelle Agona", a regretté le directeur général qui a par ailleurs présenté ses excuses aux parents concernés par cette affaire.

720 lots supplémentaires retirés

Cette affaire a pris une nouvelle ampleur, jeudi, avec le rappel de l'ensemble de la production de l'usine de Craon depuis février. Cela représente 720 lots supplémentaires de laits infantiles et autres produits retirés du marché en France et à l'étranger, s'ajoutant à 625 lots déjà retirés ces deux dernières semaines.

Les opérations de nettoyage se poursuivent afin d'éradiquer la bactérie dans l'usine de Craon (Mayenne) qui est toujours à l'arrêt. "L'objectif étant d'avoir des produits sécurisés quand nous redémarrerons", a expliqué Arnaud Boisnard. Lactalis va par ailleurs réaliser des travaux dans l'usine pour que les processus de production, les tours de séchage en particulier, ne soient plus touchés à l'avenir. "Sur le mois de février 2018, nous serons en mesure de redémarrer l'activité", a conclu Arnaud Boisnard.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.