Jambon : “Le sel nitrité dans la charcuterie tue les Français”, affirme le député Modem du Loiret Richard Ramos

Le député Modem du Loiret Richard Ramos va déposer jeudi une proposition de loi pour faire interdire les nitrites dans le jambon, dangereux pour la santé selon lui.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un boulanger place une tranche de jambon à l'intérieur d'une baguette beurrée, à Nancy, le 31 janvier 2012. (ALEXANDRE MARCHI. / MAXPPP)

Richard Ramos, député MoDem du Loiret, va déposer aujourd'hui une proposition de loi pour faire interdire les nitrites dans le jambon, qui lui donnent sa couleur rose. L’objectif est de les faire interdire aussi plus largement dans les charcuteries parce qu'ils sont "dangereux pour la santé" estime jeudi 10 décembre sur franceinfo le député Modem du Loiret Richard Ramos, qui affirme que le sel nitrité "tue les Français".

franceinfo : Vous demandez leur interdiction parce que ces nitrites sont dangereux pour la santé ?

Richard Ramos : Oui, les jambons sont dangereux pour la santé, on le sait maintenant. Les scientifiques sont venus le dire au Parlement : le sel nitrité dans la charcuterie tue les Français. Le professeur Axel Kahn, qui est le président de la Ligue contre le cancer, nous l'a dit. Attention, il ne s’agit pas du nitrite dans la charcuterie. Le problème est lorsque l’on ajoute du sel nitrité, il rencontre le fer dans la viande, et cela fait un cocktail chimique qui vous donne le cancer. Les scientifiques sont venus nous le dire, quasiment unanimement. Ça fait entre 4 000 et 5 000 morts.

Par cette proposition de loi, vous voulez distinguer pour ces interdictions le jambon cru, du jambon cuit et d'autres produits ?

Oui, parce que quand on met du sel nitrité dans des jambons crus, c’est pour gagner du fric. C’est simplement pour sécher plus rapidement. Dans les charcuteries sèches, on n'a pas besoin du sel nitrité du tout. Alors ce que l’on veut, c’est graduer les interdictions. Je pense que sur le jambon cuit on va laisser cinq ans, ce qui est beaucoup comme marge de manœuvre. Et puis on dit deux à trois ans pour les charcuterie sèche. Pour les écoles, on veut un arrêt immédiat dès la rentrée scolaire prochaine.

L'argument que donne la Fédération des entreprises françaises de charcuterie c’est que le bacille du botulisme peut se développer s'il n'y a pas de nitrites dans ces produits crus ?

Ce sont des menteurs. Il y a des milliers de produits qui sont consommés et qui n'ont pas de sel nitrités. Fleury-Michon l’a fait, Herta l’a fait, Super U l’a fait, des millions de tranches ont été mangées, sans sel nitrité et il n'y a pas eu le retour du botulisme. Ce sont des millions de tranches qui ont été mangées et nous avons étudié, nous avons demandé à l'Assemblée nationale, et à la grande distribution s'il y avait eu un retour de botulisme. Ce n'est pas le cas. Donc ça, c'est un mensonge.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.