Inflation : "On mange moins" avec la hausse des prix de l'alimentaire, notamment chez "les revenus les plus faibles", indique l'économiste Anne-Sophie Alsif

En France depuis fin 2021, on observe une baisse de 11,5% de la consommation alimentaire selon l'Insee notamment pour les ménages aux revenus faibles, explique vendredi matin sur France Inter Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au cabinet BDO.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Illustration. Supermarché, France, août 2023. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS)

"On mange moins" en France depuis fin 2021, avec une baisse de 11,5% de la consommation alimentaire selon l'Insee en un an et demi, et "ce sont les revenus les plus faibles qui sont les plus touchés", explique vendredi 11 août sur France Inter Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au cabinet BDO.

>> Précarité alimentaire : le Secours populaire note de plus en plus de travailleurs pauvres et voit revenir d'anciens bénéficiaires

En juillet, l'inflation alimentaire s'élevait à 12,7% sur un an, contre 4,3% pour l'inflation globale. "Avec cette hausse des prix [ndlr : de l'alimentaire] supérieure à l'inflation globale, les Français font des arbitrages et réduisent les quantités de nourriture, précise l'économiste. On mange aussi différemment, en allant sur des produits avec des niveaux de gamme inférieurs".

20% des français ont perdu du pouvoir d'achat

Selon Anne-Sophie Alsif, l'inflation sur les prix de l'alimentaire a un effet "double peine" sur les ménages modestes et provoque "une augmentation des inégalités". "Depuis le Covid, on a environ 20% des Français, des précaires sans CDI ou des étudiants qui ont déjà perdu du pouvoir d'achat, car ils n'étaient pas dans les cibles des différentes aides, explique-t-elle. Cette même population se trouve fragilisée par la hausse des prix de l'alimentaire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.