Inefficaces voire dangereux, les compléments alimentaires critiqués dans une enquête de "60 millions de consommateurs"

Le magazine alerte sur l'absence de contrôle sur ces produits de plus en plus prisés des Français. 

Le magazine 60 millions de consommateurs publie, jeudi 10 octobre, une enquête sur les compléments alimentaires (photo d\'illustration.)
Le magazine 60 millions de consommateurs publie, jeudi 10 octobre, une enquête sur les compléments alimentaires (photo d'illustration.) (TANYA CONSTANTINE / TETRA IMAGES RF / GETTY IMAGES)

Ils promettent de résoudre les problèmes de sommeil, de rhume ou de fatigue, mais ne tiennent pas toujours leurs promesses. Dans un numéro spécial publié jeudi 10 octobre, le magazine 60 millions de consommateurs a passé au crible 120 compléments alimentaires parmi les plus vendus. Verdict : tous ne disposent pas d'études attestant de leur efficacité et certains ne sont pas exempts de danger pour la santé.

Non seulement ces produits, dont les Français sont les premiers consommateurs en Europe – ils en ont acheté pour presque deux milliards d'euros l'an dernier –, ne sont pas soumis à une réglementation contraignante, mais les notices ne sont pas obligatoires. Face à cet étiquetage défaillant, 60 millions de consommateurs demande un durcissement de la réglementation en vigueur et pointe plusieurs défauts.

Leur efficacité n'est pas prouvée

La valériane contre les troubles mineurs du sommeil, le mélange thym-primevère contre la toux... Certaines plantes "font l'objet d''un usage bien établi'" et ont un "mode d'action connu". Mais selon le magazine, peu de produits sur le marché disposent d'études scientifiques attestant de leur bien-fondé sur la santé. Les compléments vitalité, par exemple, à base de vitamine C, "n'ont jamais fait la preuve de leur efficacité dans le traitement du rhume ou de l'immunité".

Contrairement aux médicaments, les compléments alimentaires n'ont pas besoin de prouver leur efficacité ni leur innocuité. Les fabricants doivent juste fournir la composition de leurs produits, qui sont considérés comme des aliments. Or, si les médecins peuvent prescrire, dans certains cas, des compléments alimentaires (de la vitamine D pour fixer le calcium, de la vitamine B9 pour limiter les risques de malformations du fœtus chez les femmes enceintes, du fer pour traiter l'anémie des femmes aux règles abondantes ou de la vitamine B12 pour les personnes suivants un régime végétaliens), d'autres sont inutiles.

"Une alimentation équilibrée apporte tous les nutriments dont le corps à besoin", souligne ainsi Aymeric Dopter, adjoint au chef de l'unité d'évaluation des risques liés à la nutrition à l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimententation, de l'environnement et du travail (Anses), cité par 60 millions de consommateurs. Surtout, les utilisateurs de compléments alimentaires sont très souvent ceux qui en ont le moins besoin. Il s'agit de personnes aisées faisant attention à leur équilibre alimentaire, donc rarement carencées. Elles sont, par ailleurs, attachées à un mode de vie sain. Autant de facteurs qui rendent inutile la consommation de ces produits.

Ils contiennent des additifs problématiques 

60 millions de consommateurs reconnaît que si certains produits peuvent se révéler intéressants, notamment lors de périodes de fatigue, "la prudence s'impose pour beaucoup d'entre eux". La présence de nombreux additifs pouvant se révéler problématiques a été relevée par le magazine. Ainsi, le colorant rouge Allura est suspecté d'accroître l'hyperactivité chez les enfants. D'autres additifs peuvent par exemple accroître les désordres digestifs. Ainsi, un certain nombre de produits étudiés contiennent également du dioxyde de titane (E 171), soupçonné d'être pro-inflammatoire et de nuire au système immunitaire. Il sera d'ailleurs interdit dans l'alimentation en janvier 2020.

Il existe des risques de surdosage

S'ils sont considérés comme "naturels, donc inoffensifs", souligne le magazine, ces compléments présentent un risque potentiel et en particulier un risque de surdosage. Certaines vitamines, comme la mélatonine, même en faible quantité, risquent ainsi de perturber les cycles de sommeil. Surdosée, la vitamine A "peut avoir des effets néfastes pour les os, le foie ou le fœtus", tandis que les vitamines D, E et K "vont aller se stocker dans les graisses". Aussi, cumuler la prise de thé vert en poudre avec du thé vert en infusion peut conduire à une surdose de la substance active (le gallate d'épigallocatéchine) et atteindre le seuil de toxicité hépatique, selon Aymeric Dopter.

Des produits peuvent également être contre-indiqués pour les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées ou les sujets allergiques. Ils peuvent aussi interagir avec des traitements en cours. Le spécialiste cité par l'enquête souligne que "le millepertuis accélère la dégradation de certaines molécules et peut diminuer l'efficacité d'un traitement anticancéreux et même de la pilule contraceptive". Enfin, il existe également des risques d'effets secondaires, telles que des nausées, des vertiges et des palpitations. Les préparations officinales composées de Garcinia combogia sont "proscrites en France depuis 2012, mais la plante reste autorisée dans les compléments alimentaires, bien qu'elle soit soupçonné de provoquer des atteintes hépatiques", précise 60 millions de consommateurs.

Ils ne sont pas assez contrôlés

L'Académie de médecine et l'Académie de pharmacie dénoncent donc "une réglementation trop laxiste et source de confusion", poursuit le magazine. Contrairement aux médicaments, les compléments alimentaires ne nécessitent pas d'autorisation de mise sur le marché. Une déclaration suffit, selon le magazine. Cette procédure rapide et le caractère rentable de ces produits commercialisés en vente libre expliquent le boom des compléments alimentaires, lesquels sont produits par des laboratoires de phytothérapies.

Rappelant qu'un complément alimentaire "est destiné à pallier une insuffisance réelle ou supposée des apports journaliers", Luc Cynober, professeur de nutrition à l'université Paris-Descartes, explique ainsi qu'"à côté des vitamines et minéraux qui correspondent à cette définition, on a autorisé un maquis de substances destinées à tout un tas d'application : beauté, force, stress, régime amincissant... Il faudrait clarifier leur statut."