Huit ans après avoir mangé des steaks hachés contaminés à la bactérie E.coli, un enfant de 10 ans est décédé

Nolan avait un peu moins de deux ans lorsqu'il a été contaminé par cette bactérie.

Nolan et ses parents, en juin 2017. L\'enfant est mort le 14 septembre 2019. Il avait consommé un steak haché contaminé par la bactérie E. coli en 2011.
Nolan et ses parents, en juin 2017. L'enfant est mort le 14 septembre 2019. Il avait consommé un steak haché contaminé par la bactérie E. coli en 2011. (AURELIE LADET / LE PARISIEN / MAXPPP)

L'un des enfants tombés malades en 2011 après avoir consommé des steaks hachés contaminés à la bactérie E.coli est mort samedi 15 septembre après avoir été hospitalisé pour une forte fièvre, a appris France Bleu Nord auprès de l'avocate de la mère de l'enfant. Maître Florence Rault indique que la mort de Nolan est liée à son intoxication, sans "aucun doute".

De lourdes séquelles neurologiques

En 2011, 18 personnes étaient tombées malades après avoir consommé des steaks hachés contaminés à la bactérie Escherichia coli. Cette bactérie fécale peut entraîner des gastroentérites éventuellement hémorragiques, des douleurs abdominales et des vomissements, accompagnés ou non de fièvre. Un risque de complications rénales sévères existe également, notamment chez les enfants, parfois accompagnées de complications neurologiques.

Nolan, originaire de Breteuil dans l'Oise, âgé alors de 23 mois, faisait partie des victimes. Atteint de séquelles neurologiques, il subissait, depuis, des traitements très lourds. "Depuis, son état n'a cessé de se dégrader, affirme Me Florence Rault. De nouvelles pathologies sont apparues, ses fonctions vitales se sont affaiblies."

Pas d'indemnisation pour la mère de la victime

En 2017, l'ancien dirigeant de la société SEB-Cerf, fournisseuse des steaks contaminés, a été condamné à trois ans de prison, dont deux ans ferme. Il devait également verser plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts à la famille de Nolan. La peine a été confirmée en appel en février 2019, mais le prévenu ayant décidé de se pourvoir en cassation, la mère de Nolan, qui s'est endettée pour payer les traitements de son fils, n'a pas été indemnisée, précise France Bleu. Son avocate précise qu'avec le pourvoi en cassation, "Nolan devait subir une expertise judiciaire, qui ne se fera donc pas". L'avocate envisage de lancer une nouvelle procédure.