Cet article date de plus d'un an.

Etiquetage environnemental : "Le gouvernement veut attendre encore cinq ans alors que les choses sont prêtes​​​​​​​", regrette Green Lobby

Les députés ont validé mardi soir en commission la mise en place d'un "score carbone" sur les produits mais avec une phase d'expérimentation pouvant durer jusqu'à cinq ans. La mesure est insuffisante aux yeux des écologistes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Illustration supermarché. (PASCAL PAVANI / AFP)

La mise en place d'un "score carbone", c'est-à-dire un étiquetage environnemental sur les produits, a été validée dans la soirée du mardi 9 mars par les députés en commission. Ce dispositif passera par une phase d'expérimentation pouvant durer jusqu'à cinq ans, ce que regrettent les militants écologistes. "Le gouvernement veut attendre encore cinq ans alors que les choses sont prêtes", explique Valérie Grammond, sur franceinfo mercredi. Elle est la cofondatrice de Green Lobby, une organisation au service des acteurs engagés dans la transition énergétique.

franceinfo : Est-ce que ce type d'indicateur est une bonne idée ?

Valérie Grammond : Oui, c'est indispensable. Aujourd'hui, les Français ont besoin d'une information claire et scientifique pour connaître l'impact carbone des produits de consommation de tous les jours. La fabrication d'un produit, son transport, son emballage, son usage et sa destruction. Tout ça a un impact climat et il faut que ce soit synthétisé de façon à ce que le consommateur puisse faire ses choix en toute connaissance de cause. Les textiles, mais aussi les produits alimentaires et tous les produits de consommation.

Pourquoi une expérimentation ? Pourquoi faut-il attendre cinq ans ?

Justement, c'est ce qu'on regrette. L'expérimentation a déjà eu lieu, notamment dans le textile. Ça fait des années qu'on expérimente et là encore une fois, le gouvernement veut attendre encore cinq ans alors que les choses sont prêtes. Des députés de différents groupes discutent. Dix amendements ont été discutés mardi soir. Il y a des députés d'En marche, des députés Les Républicains et d'autres groupes politiques qui ont défendu des versions techniques tout à fait crédibles. Et malheureusement, le gouvernement repousse à cinq ans alors qu'on aurait pu avoir assez vite l'équivalent du nutri-score. Ce "Yuka-climat" que tous les consommateurs attendent.

Rien n'empêche que ça se développe et que le consommateur y ait accès avant cinq ans ?

Attendre cinq ans n'est pas compatible avec l'urgence climatique et économique. Les acteurs économiques attendent. Ceux qui investissent dans les bons comportements, dans les bonnes filières, ont besoin aussi de ce retour pour pouvoir investir et pour pouvoir avoir des consommateurs qui préfèrent leurs produits plutôt que d'autres. Donc, laisser au fil de l'eau c'est d'un point de vue compétitif, donner le mauvais signal aux entreprises qui continuent à polluer, et qui continuent à exporter massivement, alors que les entreprises qui ont un comportement vertueux et les consommateurs qui veulent changer n'auront pas l'information précise.

Vous trouvez normal qu'on protège certains secteurs nécessaires ou pas ?

Mais on peut tout à fait protéger certains secteurs. Là, il s'agit il d'un impact, d'une information qui permet à chaque entreprise de savoir ce qu'elle a à faire. Ce qui est dommage, c'est d'attendre cinq ans avant de donner le bon signal. Après, on peut trouver quelques exceptions. Mais même dans l'agriculture, il s'agit d'un des secteurs qui a besoin, pour protéger nos propres agriculteurs, d'une information claire. Protéger nos agriculteurs locaux avec des produits de bonne qualité. C'est très bon pour le revenu de nos agriculteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.