Enfant exclu pour impayés à la cantine : "L'intérêt supérieur de l'enfant n'a pas été respecté", selon la fédération des parents d'élèves de l'enseignement public

La Défenseure des droits s'est "saisie d'office" après l'exclusion d'un enfant de 7 ans de sa cantine scolaire à Saint-Médard-de-Guizières (Gironde) en raison de factures impayées par ses parents.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Saint-Médard-de-Guizières, en Gironde. (GOOGLE MAPS)

"L'intérêt supérieur de l'enfant n'a pas été respecté", estime sur franceinfo Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP (fédération des parents d'élèves de l'enseignement public) après qu'un enfant a été exclu de sa cantine scolaire à Saint-Médard-de-Guizières en Gironde, et ramené chez lui par la police à cause de factures de restauration scolaire impayées, indique-t-elle dans un communiqué ce lundi.

franceinfo : Que pensez-vous de cette affaire ?

Hubert Salaün : L'intérêt supérieur de l'enfant n'a pas été respecté. C'est traumatisant pour un enfant de devoir quitter ses camarades sous les réflexions, d'être accompagné de policier pour rentrer chez soi. Ce n'est pas acceptable. On ne sait pas tout ce qu'il s'est passé mais ce qui est sûr c'est que jamais on ne doit arriver à cette situation-là.

"Il ne faut pas laisser les gens s'endetter et accompagner les familles au plus près et au plus rapide."

Hubert Salaün

à franceinfo

Avez-vous déjà entendu parler de situation comparable auparavant ?

On sait que des fois il y a des conflits, mais utiliser un policier municipal pour amener un enfant à l'heure du début de la cantine ce n'est pas acceptable. La maire se rend bien compte que l'émotion est importante et que la colère des parents et des gens qui s'engagent auprès des familles est légitime. Les retards de cantine se passent dans toutes les communes, des fois depuis des mois voire des années, mais aucune mairie n'arrive à ces situations-là parce qu'un travail d'accompagnement est fait avec les familles. Là, on a du mal à comprendre comment pour 2,50 euros on ne met pas cet enfant à la cantine. 

Que fait-on habituellement ?

Il y a un dialogue très rapide dans les mairies. Quand quelqu'un a 800 euros de dettes, lui envoyer une facture de 30 euros supplémentaires ne réglera pas sa dette. Les parents sont plus au courant dans les collèges et les lycées parce qu'il y a un conseil d'administration où on discute des budgets et on voit qu'il y a des efforts qui sont faits pour ramener la dette à des proportions raisonnables. Il y aura toujours un peu de dettes parce qu'il y a de la négligence, des factures qui ne sont pas envoyés, des enfants qui ne donnent pas les factures, mais après on passe à des prélèvements automatiques ou à des systèmes de cartes, mais on ne laisse pas une dette augmenter pendant deux ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.