Dates de péremption : elles "agissent dans la tête des consommateurs comme des dates limites", selon un député

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, les supermarchés britanniques Waitrose ont annoncé début août retirer les dates de consommation recommandées sur près de 500 produits. Cette initiative doit-elle être mise en place en France ?

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une cliente dans un supermarché à Tarbes, le 12 avril 2018. Photo d'illustration (PASCAL PAVANI / AFP)

Le député mayennais Guillaume Garot salue l'initiative des supermarchés britanniques Waitrose de supprimer les dates de consommation de 500 produits. Député du Parti socialiste, affilié Nupes, de la Mayenne, il avait porté la "loi Garot" 2016 sur le Gaspillage alimentaire et une proposition de loi en 2021 pour retirer les date limite d'utilisation optimale (DLUO) des produits secs plaide que "ces dates agissent dans la tête des consommateurs comme des dates limites".

franceinfo : Comment jugez-vous ce que proposent ces supermarchés britanniques ?

Guillaume Garot : C'est une bonne idée car aujourd'hui en France, 20% du gaspillage alimentaire des foyers pourrait être évité si on avait des dates de consommation plus faciles à comprendre. Cette initiative doit être saluée même s'il faut voir qu'elle serait impossible à transposer en France puisque nous sommes soumis aux lois de l'Union européenne. Nous avons aujourd'hui les dates limites de consommation pour les produits frais et les dates limites d'utilisation optimale pour les produits secs.

Que peut-on faire selon vous ?

Aujourd'hui, certains produits comme le sel, le vinaigre ou le sucre ne sont pas concernés par ces dates de consommation. Je propose d'élargir la gamme de ces produits aux pâtes, au riz : des produits qui se conservent très longtemps et qui n'ont pas vraiment besoin de dates. Le problème, c'est que ces dates agissent dans la tête des consommateurs comme des dates limites : on considère des produits secs comme des produits frais. Ce qui implique que si on veut qu'il y ait moins de produits avec ces dates limites de consommation, il faut une vraie éducation, une vraie sensibilisation dès l'école pour que l'on fasse bien la différence entre produits frais et produits secs.

Quel lien établir avec le réchauffement climatique ?

On a devant nous le défi alimentaire mondial : un tiers de l'ensemble de la production alimentaire mondiale est aujourd'hui perdu, jeté ou gaspillé. C'est considérable. Si on veut que chaque être humain ait accès à l'alimentation, il faudra arrêter de gaspiller et être plus responsable vis-à-vis de notre alimentation. C'est un impératif si on veut éviter qu'il y ait des perturbations extrêmement fortes, des tensions politiques autour de l'accès à la nourriture. Tout en rappelant que la production alimentaire est à l'origine de 10 % de nos émissions de gaz à effet de serre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.