Alimentation : pourquoi autant de rappels de produits cette année ?

Publié
Alimentation : pourquoi autant de rappels de produit cette année ?
franceinfo
Article rédigé par
N. Odisharia, G. De Florival - franceinfo
France Télévisions

Plusieurs produits alimentaires attirent l'attention des autorités sanitaires. La question de la sécurité alimentaire se pose de plus en plus. 

Des bactéries nocives et même du plastique se retrouvent parfois dans les produits qu'on achète. Fromage, poisson, pâté en croute... Ces derniers jours, après Buitoni et Ferrero, les rappels se succèdent. Alors, faut-il s'en inquiéter ? À Strasbourg (Bas-Rhin), les consommateurs sont partagés. "Oui, je vérifie. D'ailleurs, il y a un produit qui est parti à la poubelle, à la maison", affirme une passante au micro de Franceinfo. "On peut comprendre aussi que, quelquefois, il y a eu un problème, mais ça ne condamne pas la marque dans son ensemble", nuance une autre.

Des marques très importantes qui touchent plus de consommateurs 

Depuis mars 2021, 4 461 produits ont ainsi été retirés des rayons, dont plus de 1 500 à cause de l'oxyde d'éthylène, un produit chimique cancérogène, 450 à cause de la bactérie Listeria, retrouvée récemment dans plusieurs poissons comme le haddock, et 45 à cause de la bactérie E. coli, retrouvée dans certaines pizzas Buitoni, responsables de la contamination d'une cinquantaine d'enfants en France. Ces retraits sont-ils plus nombreux cette année ? Selon les chiffres officiels, 85 produits ont été rappelés entre le 1er et le 15 avril, contre 52 à la même période l'année dernière. "Des rappels produits, il y en a tous les jours (...) mais là c'est vraiment des marques très importantes, qui vont donc toucher un très grand nombre de consommateurs", commente Karine Sanouillet, experte grande consommation. Selon l'association Foodwatch France, les contrôles alimentaires qui doivent être effectués dans les industries sont de moins en moins nombreux, ce qui laisse "la porte ouverte à des abus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.