Alimentation : des poissons en circuits courts

Après les légumes, pourquoi ne pas acheter son poisson en circuit court ? France 3 fait le point sur les avantages et les inconvénients. 

France 3

Florian Violon pêche moins de poissons, et pourtant, il gagne bien mieux sa vie. Depuis un an, il vend ses poissons plus cher que sur le marché traditionnel. Ce jeudi 19 avril au matin, les caisses sont bien remplies. À peine arrivé à quai et déjà un coup de téléphone à son client, basé lui à 600 kilomètres de là, en région parisienne.

Le pêcheur, grand gagnant de ce système

Chaque jour, Guillaume Gréaud traite directement avec une trentaine de pêcheurs. Dans le circuit traditionnel, le poisson passe par la criée puis un grossiste à Rungis (Val-de-Marne), avant d'être vendu par un poissonnier. Cette entreprise rencontrée par l'équipe de France 3 a supprimé les intermédiaires pour faire directement le lien entre pêcheurs et clients. Alors, comment se décompose le prix du poisson ? L'entreprise touche 40% pour être à l'équilibre et 10% pour le transport. Le reste, soit la moitié, part dans la poche du pêcheur. Combien le client paye-t-il ? Après comparaison, c'est environ 30% plus cher que dans une poissonnerie traditionnelle, mais pour certains clients, ce n'est pas un problème. Le pêcheur sort quant à lui grand gagnant de ce circuit court.

Le JT
Les autres sujets du JT
Après les légumes, pourquoi ne pas acheter son poisson en circuit court. France 3 fait le point sur les avantages et les inconvénients. 
Après les légumes, pourquoi ne pas acheter son poisson en circuit court. France 3 fait le point sur les avantages et les inconvénients.  (France 3)