Vincent Lambert : le tribunal ordonne une nouvelle expertise médicale

La justice administrative a ordonné ce 20 avril une nouvelle expertise médicale de Vincent Lambert avant de statuer sur un éventuel arrêt des soins.

Vincent Lambert : le tribunal ordonne une nouvelle expertise médicale
Vincent Lambert : le tribunal ordonne une nouvelle expertise médicale

Une nouvelle expertise est ordonnée par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne afin de pouvoir se prononcer "définitivement" sur l'arrêt des traitements décidé par le Centre hospitalier universitaire de Reims.

Le CHU avait rendu public cette décision le 9 avril, au terme d'une procédure collégiale de cinq mois. Les parents de Vincent Lambert, une sœur et un de ses demi-frères, avaient déposé plus tôt dans la semaine un recours en référé libertés pour interdire cet arrêt, consistant à stopper l'alimentation et l'hydratation artificielles du patient, placé sous sédation profonde et continue.

Le tribunal "a estimé nécessaire, pour statuer sur le bien-fondé de leur requête, d'avoir recours à une expertise qui devra déterminer si le tableau clinique que présente Vincent Lambert a évolué depuis 2014, date de la dernière expertise réalisée par le Conseil d'Etat". Un collège de trois médecins qualifiés "soit en neurologie, soit en médecine physique et de réadaptation" sera nommé prochainement par le tribunal. Il aura ensuite un mois pour dresser l'état réel de santé.

Une procédure sans fin

"Ce n'est pas une victoire définitive car tout dépendra de l'expertise mais c'est une première et grande victoire", a réagi Me Jean Paillot, l'un des avocats des parents, saluant "une mesure de prudence" de la justice et "un désaveu" du Dr Sanchez.

Au terme d'une nouvelle procédure collégiale – la quatrième en cinq ans – celui-ci avait décidé de l'arrêt des soins en vertu de "l'obstination déraisonnable" faite au patient, devenu "un corps souffrant", selon ses observations. Mais ses parents, catholiques fermement opposés à l'euthanasie passive, n'ont eu de cesse de déclarer ce médecin gériatre "incompétent" à juger du sort de leur fils tétraplégique.

À leurs yeux, il est "handicapé" mais peut être rééduqué car il est selon eux capable d'émettre des sons, de déglutir et de communiquer avec les siens, brandissant deux vidéos sur son lit d'hôpital, prises en 2015 et en avril 2018 et dont le tribunal administratif a eu connaissance. La santé de Vincent Lambert "a évolué favorablement : on ne peut plus dire qu'il est en état végétatif comme le collège d'experts devant le Conseil d'Etat l'avait prétendu" en 2014, a estimé Me Paillot. Pourtant, à plusieurs reprises, des médecins ont fait "le constat du caractère incurable des lésions", de "l'altération de l'état de santé général" et de "la totale dépendance" de Vincent Lambert, avait rappelé ce 19 avril à l'audience Me Pierre Desmarais, l'avocat du CHU.

"Son état a été acté, c'est le même pronostic négatif et son état ne peut que se dégrader", a réagi François Lambert, neveu de Vincent, estimant que la justice a pris "une nouvelle non décision" par "peur" de trancher sur l'arrêt des traitements.

"Même si ce n'est pas ce qu'on attendait, on espère que c'est une décision de sagesse qui permettra d'écarter les arguments qui nous sont opposés" tendant à dire que Vincent Lambert se porte mieux, a aussi déclaré à l'AFP Me Sara Nourdin, avocate de l’épouse de Vincent, qui a rappelé les "soins invasifs" subit par le mari de sa cliente depuis dix ans.

avec AFP