Prothèses PIP : les victimes doivent désormais rembourser l'organisme TUV

Les victimes des prothèses PIP, indemnisées après une décision de justice, doivent désormais rembourser l'organisme TUV.

En France, une cinquantaine de victimes dans l'affaire des prothèses mammaires PIP doivent aujourd'hui rembourser l'organisme TUV. Suite à des complications liées aux implants, la vie de l'une des victimes a été totalement bouleversée. En 2013, elle a reçu la somme de 3400 euros d'indemnisation provisoire. Une somme qu'elle doit aujourd'hui rembourser, frais bancaires et d'huissier compris.

Coup de théâtre

"On s'y attendait, puisque nous avions déjà reçu des courriers précédents. Mais on ne pensait pas qu'il le mettrait à exécution", témoigne-t-elle. Avant de confier : "Moralement, c'est très usant."

En 2013, le Tribunal de commerce de Toulon (Var) avait reconnu la culpabilité de TUV, qui n'est autre que le certificateur de ces prothèses. Mais en juillet 2015, coup de théâtre : la Cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) décide d'annuler le jugement de Toulon. De quoi permettre à TUV de demander le remboursement des sommes versées. Les victimes restent au coeur de la polémique, certaines d'entre elles ayant déjà remboursé la somme alors que d'autres sont prises de court.

Le JT
Les autres sujets du JT
En France, le nombre de femmes qui portent des implants mammaires était évalué à 346 000 en 2013
En France, le nombre de femmes qui portent des implants mammaires était évalué à 346 000 en 2013 (DURAND FLORENCE / SIPA)