Implants contraceptifs : elles vivent un calvaire et portent plainte

Des femmes qui se sont fait déposer des implants de la marque Essure attaquent au pénal pour tromperie aggravée et mise en danger. Témoignages.

FRANCE 2

C'est un petit ressort de quelques centimètres et le début d'un cauchemar qui va durer six ans pour cette femme, qui ne pensait pas que quelque chose de si petit pouvait lui faire autant de mal. Tout commence en 2012 dans le cabinet de son gynécologue. "Ne voulant plus d'enfants, je lui ai demandé s'il y avait la possibilité d'avoir un moyen de contraception sans hormones et définitif. C'est elle [le gynécologue] qui m'a conseillé les implants Essure", se souvient-elle. C'est une méthode contraceptive lancée par le laboratoire Bayer et qui consiste en la pose de deux micros implants dans les trompes de la femme. Une alternative à la ligature qui ne nécessite pas d'hospitalisation. 

175 000 femmes ont des implants Essure en France 

Mais quelques mois après la pose de ces implants, la patiente commence à ressentir une douleur lancinante. "Je commençais à avoir très mal au niveau des épaules, au point de ne plus pouvoir m'habiller", raconte-t-elle. La souffrance s'accentue avec le temps, jusqu'à devenir insoutenable. "Je ne pouvais plus rien faire, marcher, monter les escaliers c'était une catastrophe..." Elle ajoute qu'elle a déjà imaginé se jeter par la fenêtre pour mettre un terme à ses souffrances. Son gynécologue confirme avoir reçu plusieurs plaintes du même ordre. Ces douleurs pourraient avoir un lien avec la pose des implants. L'association R.E.S.I.S.T. a donc lancé une action de groupe contre le laboratoire Bayer. En France, 175 000 femmes se seraient fait poser des implants Essure. De son côté, Bayer rappelle qu'aucune méthode de contraception n'est sans risque. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans les institutions qui accueillent des personnes handicapées, le personnel de santé préfère généralement que les femmes sous contraceptifs prennent des pilules sans interruption, pour faciliter le suivi de la prise. (Photo d\'illustration) 
Dans les institutions qui accueillent des personnes handicapées, le personnel de santé préfère généralement que les femmes sous contraceptifs prennent des pilules sans interruption, pour faciliter le suivi de la prise. (Photo d'illustration)  (AFP)