Scandale du Mediator : le parquet demande un procès pour les laboratoires Servier et l'Agence du médicament

Cet antidiabétique, interdit en 2009, est présumé responsable de la mort de centaines de personnes. 

Le parquet a annoncé avoir requis un renvoi du groupe pharmaceutique Servier pour \"tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d\'influence\".
Le parquet a annoncé avoir requis un renvoi du groupe pharmaceutique Servier pour "tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d'influence". (FRED TANNEAU / AFP)

Le feuilleton judiciaire continue autour de l'affaire du Mediator. Le parquet de Paris a demandé, mercredi 24 mai, le renvoi devant le tribunal correctionnel des laboratoires Servier et de l'Agence du médicament dans le volet principal du scandale sanitaire lié à ce médicament, interdit en 2009 et présumé responsable de centaines de morts.

Le parquet a annoncé avoir requis un renvoi du groupe pharmaceutique pour "tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d'influence".

Un antidiabétique utilisé comme coupe-faim

Il demande aussi un procès pour l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour "blessures et homicides involontaires". Au total, le ministère public a requis le renvoi en correctionnelle de onze personnes morales et quatorze personnes physiques.

Les juges se sont penchés sur cette affaire à de nombreuses reprises depuis 2010. Consommé pendant plus de 30 ans par cinq millions de personnes en France, le Mediator est un antidiabétique, largement détourné comme coupe-faim.