Procès du Mediator : "Les laboratoires Servier m'ont bousillé la vie", confie une plaignante

Claudie Delas, qui a pris du Mediator pendant 10 ans, a eu le cœur abîmé. Elle pointe la responsabilité du médicament et des laboratoires Servier, dont le procès débute lundi 23 septembre.

FRANCE 2

Le procès du Mediator débutera lundi 23 septembre. Ce médicament antidiabétique, utilisé souvent comme coupe-faim, a rendu malades des milliers de personnes, et aurait provoqué jusqu'à 2 100 décès. Les victimes attendent depuis une dizaine d'années que les laboratoires Servier rendent des comptes devant la justice. Claudie Delas a 70 ans, et elle a pris du Mediator de 1999 à 2009. "Par jour, j'en prenais trois", explique-t-elle.

21 jours de coma

"Je ressentais des douleurs dans la poitrine, donc je passais des électrocardiogrammes, et puis rien ne donnait", se rappelle Claudie Delas. "Et puis on devait me poser des stents, l'anesthésiste m'ausculte et me dit : 'Ah non, on ne vous opère pas. Vous partez tout de suite chez le cardiologue. Votre valve est foutue'. On m'opère, et ça se passe très mal, 21 jours de coma", raconte-t-elle. "Ils m'ont bousillé la vie, je leur en veux énormément", confie Claudie Delas à propos des laboratoires Servier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des boîtes de Mediator, médicament interdit en France en 2009, le 18 novembre 2010. 
Des boîtes de Mediator, médicament interdit en France en 2009, le 18 novembre 2010.  (FRED TANNEAU / AFP)