Médicaments : Irène Frachon dénonce les effets secondaires

Cette pneumologue publie cette semaine un livre pour alerter sur les ravages des effets secondaires de certains médicaments. Les laboratoires sont accusés de minimiser les risques.

France 2

L'antidiabétique Mediator, l'anti-inflammatoire Vioxx ou encore les pilules de 3e et 4e génération. Trois scandales pour une même accusation : les conflits d'intérêts entre les laboratoires et les médecins. Dans leur livre Effets secondaires : le scandale français, les auteurs, dont Irène Frachon, font des propositions pour assainir le système.

La super puissance des labos

Première solution : réaliser des essais plus transparents. Faute de moyens, l'Agence nationale du médicament laisse les laboratoires tester eux-mêmes leurs propres produits. Des labos à la fois juges et partis qui, parfois, minimisent la nocivité de leurs médicaments.

Seconde solution : encadrer les pouvoirs de ce lobby qui fait plus de 50 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Actuellement, les laboratoires sont quasiment les seuls à avoir les moyens de financer les recherches cliniques des médecins. Face à cette superpuissance, difficile pour eux de dénoncer la nocivité d'un médicament.

Le JT
Les autres sujets du JT