A sept ans, Tommy est "allergique à l’hiver"

Ce petit garçon développe une urticaire sur tout le corps dès que les températures chutent. Une réaction qui peut évoluer en choc anaphylactique et qui l’a obligée à passer l’hiver dernier à l’hôpital.

A sept ans, Tommy est \"allergique à l’hiver\"
A sept ans, Tommy est "allergique à l’hiver" (Crédits Photo : © Pixabay / Free-Photos)

Dès que les températures chutent, Tommy Leitch va mal. Ce petit Britannique de sept ans qui vit à Amersham, au nord-ouest de Londres, est "allergique à l’hiver", rapporte le DailyMail.

En effet, le froid déclenche chez ce petit garçon un urticaire sur l’ensemble du corps, qui s’accompagne de vomissements, d’une difficulté à respirer, de poussées délirantes et même d’un œdème de Quincke. De symptômes qui lui ont valu d’être hospitalisé pendant tout l’hiver dernier, selon sa mère, Abigail McDonald.

Urgence médicale

Problème : impossible d’atténuer les symptômes en emmitouflant l’enfant car une chaleur excessive déclenche également la réaction allergique. La seule solution est médicamenteuse pour éviter que l’allergie n’évolue en choc anaphylactique, une urgence médicale. Ses parents, Abigail McDonald et Ben Leitch, redoutent désormais l’arrivée des premiers frimas.

"Il était couvert de plaques de la tête aux pieds "

La première manifestation de l’urticaire de Tommy est apparue sur son visage, sous forme de rougeurs lorsque le garçon avait cinq ans. "J’ai pensé que c’était juste une infection virale mais le lendemain matin, il était couvert de plaques de la tête aux pieds, se plaignait de maux de ventre et de poitrine, sa tête et son ventre étaient gonflés" témoigne sa mère auprès du DailyMail. "Nous l’avons immédiatement emmené à l’hôpital où il a reçu des anti-histaminiques et de l’adrénaline".

Depuis, Tommy doit toujours se trouver dans une pièce à 20°C car une température trop faible ou trop élevée entraîne les symptômes. Ses parents adaptent donc ses tenues en fonction du temps et s’assurent qu’il ne passe pas plus de 20 minutes à l’extérieur, été comme hiver.

2% des urticaires sont déclenchés par le froid

Ce type d’urticaire est appelé à tort "allergie au froid", expliquait à Allodocteurs.fr la docteure Claudie Mouton, allergologue : "si le mécanisme fait bien appel aux cellules qui interviennent dans les mécanismes allergiques, les mastocytes, il n'y a pas de libération d'immunoglobulines E spécifiques au froid". Or la définition même de l'allergie à un produit implique que des immunoglobulines E spécifiques à ce produit soient libérées.

Relativement rare, l'urticaire au froid représente 2% des urticaires chroniques et touche surtout les sujets jeunes. Elle est le plus souvent anodine et se limite à des signes cutanés. "Dans de rares cas, lors de changement brutal de la température (lors de l'immersion brutale dans une eau très froide par exemple), la crise d'urticaire est associée à un malaise avec hypotension ou à des signes digestifs à type de diarrhée et/ou vomissements ", précisait la docteure Mouton.

Ce type d’urticaire peut aussi être déclenché par la chaleur, les frottements, les pressions sur la peau, le soleil ou même l’eau. S'il peut survenir de manière brutale, il peut également disparaître naturellement quelques années après son apparition.