Cet article date de plus de six ans.

A Biarritz, les médecins prescrivent aussi de l'activité physique

L'Assemblée nationale a voté le 10 avril dernier un amendement permettant aux médecins de prescrire des activités physiques à leurs patients. Après Strasbourg, Biarritz teste la formule avec 22 médecins volontaires.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Située en bord de mer, Biarritz offre des nombreuses possibilités de sports nautiques © Indigo / Fotolia)

L'idée consiste à permettre aux médecins de repérer, parmi leurs patients, ceux qui sont sédentaires et pour lesquels une activité physique pourrait être bénéfique. Vingt-deux médecins y participent à Biarritz. Il s'agit de remettre aux patients un podomètre, pour compter le nombre de pas effectués dans la journée, ainsi qu'un livret avec différents questionnaires à remplir. Au bout d'un mois, le médecin pourra rediriger ses patients vers différentes activités comme la gymnastique, le vélo, la randonnée ou même la marche aquatique, le surf ou le stand-up paddle puisque la ville est au bord de l'eau.

 

Le reportage à Biarritz de Bruno Rougier
écouter

Gérard Saillant, le président de l'association Biarritz sport santé qui finance l'entretien avec les médecins au cours du parcours passeport–santé, explique que "quand vous avez des facteurs de risque ou de maladie, l'activité physique est un des traitements et, également, un des moyens de prévention. On voit cela pour les récidives du cancer du sein ou celles du cancer du côlon. Mais, là, il s'agit d'activité primaire. Vous n'êtes pas malade. Vous allez voir votre médecin. Il voit que vous êtes sédentaires. Il cherche alors à vous initier à une activité physique quelle qu'elle soit. Elles doit être adaptée à chacun en fonction de l'âge, de la morphologie et de là où vous habitez."

 

Bien entendu, les patients sont orientés vers des activités qui leur conviennent et qui les motivent. "Toutes les activités sont bonnes à condition qu'elles soient bien prescrites. C'est le rôle du médecin qui connaît son patient. C'est le rôle aussi de l'éducateur sportif qui connaît le monde sportif qui est autour de lui. Et c'est en fonction de ces éléments, médical et sportif, qu'il est en mesure de le guider sur une activité physique."  

Le sport pour lutter contre l'obésité

Gérard Saillant cite, parmi les maladies qui se développent chez un patient sédentaire, en premier lieu l'obésité. "L'OMS a montré que si l'on continue sur cette voie, en 2030, 25% des Français seront en surpoids. L'obésité est elle-même facteur de risques d'un tas de maladies comme le diabète, l'insuffisance respiratoire etc." Le président de l'association Biarritz sport santé rappelle quand même que tout le monde peut se mettre au sport de son plein gré. "Il faut que chacun se prenne en charge. Marcher, faire du vélo cela ne coûte rien ! Cela peut être fait tout seul."

 

Gérard Saillant : "Il faut que chacun se responsabilise et ne demande pas à la société ou au médecin de prendre en charge sa pathologie potentielle."
écouter

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.