Cet article date de plus de huit ans.

Santé : l'usage des somnifères en France

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Ala.

A la recherche du sommeil, chacun sa technique. Se tourner d'un côté puis de l'autre, regarder l'heure toutes les cinq minutes puis voir le jour se lever sans avoir dormi. Un Français sur trois se plaint de mal dormir. Contrairement à une idée reçue, seuls deux sur dix prennent des somnifères.

C'est vraiment quand je suis très fatiguée.

Il m'arrive de prendre des pilules à base d'herbes, ou alors des petits somnifères à base de plantes.

Trois à quatre fois par semaine, ça dépend, si j'ai bien dormi la veille, non.

En 2013, 48 millions de boîtes de somnifères délivrées sur ordonnance ont été vendues en France. La prescription ne doit pas dépasser un mois, pourtant certains patients renouvellent leur demande de façon systématique, parfois même des années durant.

Ce qui nous choque et ce pourquoi on a parfois un discours et une pédagogie vis-à-vis du patient, c'est leur dire de ne pas banaliser l'usage de ce médicament. Ça reste un médicament avec des risques associés.

Un médicament qui, pour les médecins, est nécessaire de façon ponctuelle, mais sûrement pas une recette miracle.

Le sommeil sous somnifère n'est pas identique au sommeil naturel. Il va y avoir selon les produits une diminution du sommeil profond, une augmentation ou une diminution du sommeil paradoxal et globalement, une modification de l'architecture du sommeil.

Aujourd'hui, le sommeil se vend bien. Les laboratoires ressortent les recettes de grand-mère et pour tisanes, huiles essentielles ou camomille, pas besoin d'ordonnance, mais peut-être la promesse d'une nuit moins blanche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.