Saint-Denis : couvre-feu dans la ville

a revoir

Diffusé le 09/09/2013Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans la ville de Saint-Denis, en banlieue parisienne, la délinquance de rue empoisonne le centre de la cité. Le maire communiste ville a instauré un couvre-feu pour les commerces. Ils doivent baisser leur rideau après 20 heures.

Il est 20h, début du couvre-feu. Pour 70 commerces de ce quartier de Saint-Denis, il faut baisser le rideau. Ce patron de bar, s'il reste ouvert, risque une amende et une fermeture administrative.

Cela ne se passe que dans les pays en guerre. A Saint-Denis, il n'y a pas la guerre.

La mairie estime qu'elle n'a pas eu le choix. Depuis début août, elle impose de respecter la fermeture à 20h. Avant, épicerie, coiffeur ou café vendaient de l'alcool. Résultat, des clients bruyants et violents rendaient la vie impossible aux habitants.

Des groupes stationnaient à côté des cafés. Ils étaient éméchés et s'agressaient.

A 3h du matin, ils sont saouls et font n'importe quoi.

Le couvre-feu porte-t-il ses fruits.

C'est plus calme, j'espère que cela durera.

Nous filmons discrètement après 20h pour constater le changement. Le quartier semble plus calme. Les restaurants pouvant rester ouverts n'attirent pas grand-monde. Ici, des policiers en civil effectuent un contrôle. Pas d'attroupement, pas de bagarre ou de nuisances sonores.

Les 3/4 des gens qui se posaient autour de l'église et qui buvaient n'habitaient même pas ici. Ils sont partis.

Cet apaisement a un prix que les commerçants disent payer.

On perd 4h d'ouverture, c'est 10% de notre chiffre d'affaires. On ne peut pas tenir, on va fermer.

Ces épiciers assurent être au bord du dépôt de bilan. Ils ne comprennent pas où est le problème de vendre de l'alcool après 20h.

L'alcool est autorisé. Je ne sais pas pourquoi le maire a fait ça.

Le maire communiste assume sa mesure et assure ne pas vouloir nuire à la vie de quartier.

C'est temporaire sur trois mois pour calmer le jeu, pour pouvoir réfléchir aussi à la façon de faire du commerce en respectant le voisinage.

L'arrête est en vigueur jusque fin octobre. Si les nuisances reprennent, la mairie reconduira la mesure.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==