Rwanda : des relations délicates avec la France

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 06/04/2014Durée : 00h30

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

midi, il déposera une gerbe au monument aux morts du génocide. Cela n'augure rien de bon pour l'avenir des relations entre la France et le Rwanda. Bien sûr, la population ici est bien au-delà de ces débats, elle s'intéresse surtout aux problèmes de tous les jours. Quand on parle avec les gens, ils n'en veulent pas à la France. Mais ils parlent peu car c'est un régime très dur, qui n'admet aucune contestation.

Depuis le génocide, les relations entre la France et le Rwanda sont délicates. En 2006, Kigali avait même rompu les liens diplomatiques avec Paris. Le président Kagame a depuis fait en sorte de bannir le français, pourtant l'une des langues officielles de cette ancienne colonie belge.

L'Institut culturel français vient d'être fermé par les autorités rwandaises. La bibliothèque nationale a récupéré les livres qui ont échappé au pillage après la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda il y a 8 ans. L'ambassade de France met maintenant a disposition ces tablettes, où chacun peut consulter ouvrages et journaux. Pendant ces 3 ans de rupture, le français a été banni au profit de l'anglais.

On a été obligés d'apprendre l'anglais mais c'est un peu difficile. Le plus facile pour moi, c'est le français. D'abord parce que j'adore la France, l'équipe de France de football.

Même chose dans les écoles, où les professeurs ont dû, du jour au lendemain, donner des cours en anglais à des élèves essentiellement francophones. Carole Karemara ne se résigne pas. En répétition, sa troupe dé théâtre ressemble au dernier village gaulois qui résiste. Elle refuse qu'on mélange culture et politique.

C'est une langue qui a été stigmatisée comme étant la langue du pouvoir en place, qui a soit laissé faire, soit facilité le génocide. Maintenant, le travail des artistes, c'est dire qu'une langue, ce n'est pas que le pouvoir en place, c'est des millions de Français, d'autres personnes en Afrique de l'Ouest, en Iran, au Vietnam, qui pratiquent cette langue. C'est un véhicule idéal pour communiquer nos valeurs et comprendre les leurs.

D'autres ont également compris qu'il ne fallait pas négliger la langue française, comme cette radio privée qui, pour des raisons commerciales, émet dans plusieurs langues y compris dans la langue locale, le kényan-rwandais. Mais au final, on a du mal à s'y retrouver.

On tâtonne un peu en termes de mise en place du système éducatif. On se retrouve dans une situation où on n'est ni francophone, ni anglophone, ni kényan-rwandophone.

A trop vouloir punir la France pour des raisons politiques, le gouvernement rwandais s'est donc pris les pieds dans le tapis. A l'heure de la mondialisation, ne maîtrisant ni l'anglais, ni le français, le Rwanda est maintenant bien handicapé.

Le JT
Les autres sujets du JT