Roland-Garros 2021 : quand Krejcikova et Sakkari envoient les têtes de série au tapis

Les deux novices à ce stade de la compétition ont fait tomber plusieurs grands noms depuis le début du tournoi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La Tchèque Barbora Krejcikova et la Grecque Maria Sakkari vont s'affronter jeudi 10 juin pour une place en finale.  (ROB PRANGE / DPPI / AFP (à g.) / ANADOLU AGENCY / AFP (à d.))

Elles ont fait trembler l'ocre parisien. La Grecque Maria Sakkari et la Tchèque Barbora Krejcikova se sont qualifiées mercredi 9 juin pour leur première demi-finale en Grand Chelem. Elles s'affronteront jeudi 10 juin pour une place en finale. Retour sur le parcours incroyable de ces deux joueuses à Paris. 

>> Roland-Garros 2021 : suivez la journée en direct

Nouveau souffle porte d'Auteuil

La jeunesse et l'audace ont pris le pouvoir lors de cette édition 2021 de Roland-Garros. Parmi les demi-finalistes, trois sur quatre ont moins de 26 ans. Seule la Russe Anastasia Pavlyuchenkova affiche 29 printemps. Le tableau féminin s'est totalement ouvert cette année, plus aucune vainqueure de Grand Chelem n'étant encore en lice. 

Tellement ouvert, que, pour la quatrième fois depuis le début de l'ère Open, "le dernier carré d'un tournoi du Grand Chelem est composé de quatre joueuses n'ayant jamais disputé de finale en Grand Chelem. C'est la troisième fois que cela se produit à Paris, après les éditions 1977 et 2019", analyse Constance Sénac de Monsembernard, fondatrice du compte Twitter Jeu, set et maths. Trois d'entre elles n'avaient même jamais disputé le moindre quart de finale en Majeur.

Sakkari, top 20 sans jamais avoir disputé de demi-finale en majeur

Maria Sakkari joue actuellement son meilleur tennis. La 18e joueuse mondiale, et tête de série n°17, désormais joueuse la mieux classée du tournoi, s'est offert plusieurs têtes d'affiche lors de cette quinzaine. D'abord, au troisième tour, où elle a battu Elise Mertens, tête de série n°14 (7-5, 6-7, 6-2). La suite n'est qu'une démonstration de force et de maîtrise. Elle s'est ensuite offert l'Américaine et tête de série n°4 Sofia Kenin (6-1, 6-3) puis la Polonaise, tête de série n°8 et tenante du titre Iga Swiatek (6-4, 6-4).

Ces exploits face à Kenin et Swiatek font d'ailleurs d'elle l'une des rares joueuses à avoir battu les deux finalistes sortantes d'un tournoi du Grand Chelem au cours de son parcours. Selon les calculs de Jeu, set et maths, "c'est la troisième fois que cela survient à Roland-Garros, après Serena Williams (vs Maria Sharapova et Sara Errani) en 2013, et Margaret Court (vs Ann Jones et Nancy Richey) en 1969".

"Maria Sakkari était d'ailleurs l'une des deux membres du top 20 à n'avoir encore jamais disputé de demi-finales en Grand Chelem, ni même de quarts de finale", poursuit Constance Sénac de Monsembernard. Une anomalie réparée pour la Grecque. L'autre joueuse était la numéro 4 à la WTA, Aryna Sabalenka, éliminée au 3ème tour. 

Pour arriver à ce niveau de jeu, Maria Sakkari a beaucoup travaillé sur sa capacité physique depuis l'an passé. Et le travail a payé, elle qui n'avait jamais dépassé le troisième tour porte d'Auteuil en quatre participations. Celle qui n'a encore qu'un titre à son palmarès, Rabat (Maroc) en 2019, pourrait ainsi faire son entrée dans le top 10 en cas de victoire samedi 12 juin.

Krejcikova, après la consécration en double, la révélation en simple

Elle aussi a tracé sa route à Paris en éliminant toutes ses adversaires. La Tchèque, 33e mondiale - son meilleur classement en carrière - a battu trois têtes de série, la Russe Ekaterina Alexandrova (n°32) au deuxième tour, puis l'Ukrainienne Elina Svitolina (n°5) au troisième tour, et enfin la jeune Américaine de 17 ans Cori Gauff (n°24) en quarts, sans oublier Sloane Stephens, 59e mondiale et vainqueure de l'US Open en 2017. Et ce, sans concéder le moindre set. 

Son parcours est d'autant plus remarquable qu'avant l'édition 2021, "Barbora Krejcikova n'avait remporté qu'un seul match en deux sets en Grand Chelem", souligne Constance Sénac de Monsembernard. En 2020, elle atteint pour la première fois de sa carrière les huitièmes de finale sur un tournoi majeur à Paris. Il s'agit d'ailleurs de sa cinquième participation en simple à un tableau principal en Grand Chelem (deux à l'Open d'Australie, trois à Roland-Garros). 

Elle n'avait également jamais battu, avant aujourd'hui, de top 30 en Grand Chelem et n'a remporté qu'une seule fois un duel avec une tête de série. C'était l'an passé, ici même à Roland-Garros, au deuxième tour face à Barbora Strycova, tête de série n°32. Mais la Tchèque a déjà connu l'expérience des derniers carrés sur des Majeurs, puisqu'elle a remporté l'édition 2018 de Roland-Garros et de Wimbledon en double.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Roland-Garros 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.