Roland-Garros 2021 : pourquoi Diego Schwartzman peut croire en ses chances face à Rafael Nadal

L’Argentin affronte mercredi l’Espagnol pour la troisième fois à Roland-Garros.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Diego Schwartzman lors des huitièmes de finale de Roland-Garros 2021, le 7 juin. (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Diego Schwartzman a rendez-vous avec le maître des lieux Rafael Nadal mercredi 9 juin, en quart de finale de Roland-Garros. S'il n'a jamais battu l'Espagnol à Paris en deux confrontations, il l'a toujours bousculé, et peut croire en ses chances cette année après un début de tournoi de haute volée.

Parce qu'il est aussi impressionnant que Nadal

Avec Rafael Nadal, Diego Schwartzman est le seul rescapé du tableau masculin à n'avoir pas encore perdu un set depuis le début du tournoi. Matteo Berrettini et Stefanos Tsitsipas en ont lâché un, Novak Djokovic et Alexander Zverev en ont lâché deux. Diego Schwartzman s'est lui baladé face à Lu, Bedene puis Kohlschreiber. Il a eu plus de mal face à Jan-Lennard Struff mais il s'en est sorti en trois manches malgré un tie-break.

L'Argentin arrive donc lancé face à Nadal : il n'a passé que 9h08 sur les courts depuis le début, à quelques minutes près la même durée que son adversaire (9h01). Hormis Berrettini, qui a un match en moins dans les jambes grâce au forfait de Roger Federer (6h31), Schwartzman est dans la fourchette basse des qualifiés en termes de temps de jeu. Alors que sa préparation sur terre avait été catastrophique (élimination au deuxième tour à Madrid, Rome et Lyon et en quart de finale à Barcelone), le 10e mondial a instantanément élevé son niveau de jeu en arrivant à Paris.

Les meilleurs moments du match Diego Schwartzman - Jean-Lennard Struff

Parce qu'il a déjà battu l'Espagnol sur terre

Depuis 2015, ils ne sont que dix à avoir battu Nadal sur terre battue : Novak Djokovic, Stanislas Wawrinka, Andy Murray, Fabio Fognini, Pablo Cuevas, Dominic Thiem, Alexander Zverev, Andrey Rublev, Stefanos Tsitsipas et Diego Schwartzman. Si Thiem est celui qui a le plus gêné l'Espagnol (quatre victoires), Schwartzman fait aussi partie de ceux qui ont réalisé cet exploit récemment : c'était lors du Masters 1000 de Rome, en septembre 2020.

Une victoire autoritaire 6-2, 7-5, et un fait rare : éliminer Rafael Nadal d'un tournoi sur terre sans qu'il ne marque un set. Une victoire fondatrice surtout mentalement pour l'Argentin, après avoir essuyé neuf revers de suite face à l'Espagnol depuis leur première joute à Acapulco (Mexique), en 2013.

"Je l'ai déjà battu une fois donc ce n'est pas la même chose. Je sais que l'on s'est joué deux fois ici. Cela a été de bons matchs. Maintenant, on va voir ce qu'il va se passer. Je dois profiter de ma victoire d'aujourd'hui (lundi), de ma journée libre demain (mardi), et on va voir ce qu'il se passe mercredi. C'est toujours un bon défi et je veux être présent une fois de plus", promettait l'Argentin avant de retrouver l'Espagnol mercredi. 

Parce que le contexte n'est pas le même qu'en 2020

Diego Schwartzman a pour lui quelques références sur lesquelles s'appuyer à l'heure d'affronter Rafael Nadal : lors de leur affrontement inaugural à Paris, sous la pluie, en 2018, l'Argentin avait été le premier à prendre un set à l'Espagnol depuis trois ans et le quart de finale de l'édition 2015. En 2020, si l'issue avait inévitablement tourné en faveur de l'Espagnol, le contenu du match était bien plus indécis que le score lapidaire (6-3, 6-3, 7-6) ne le laissait penser. Le premier set avait duré 67 minutes et le dernier 78 minutes pour un combat de plus de trois heures au total. 

Le troisième choc entre les deux joueurs cette année promet d'autant plus que cette fois-ci, Schwartzman ne sort pas d'un match homérique de plus de cinq heures face à Dominic Thiem. Arrivé sur les rotules, l'Argentin avait cédé dans les moments clés en 2020. Cette année, sa fraîcheur va lui permettre d'agresser Nadal d'entrée, comme il l'analysait après sa défaite l'année dernière.

"Au début, c'est toujours dur contre Rafa. Il exerce beaucoup de pression dès le départ. C'est la raison pour laquelle on joue des premiers échanges très longs. Moi aussi, j'ai fait preuve d'agressivité dès l'entame du match. À chaque fois qu'on se joue, il nous faut 30 minutes pour les deux premiers jeux". N'arrivez pas en retard, les deux hommes ne vont pas attendre pour en découdre.

Parce qu'il est l'autre pur terrien encore en lice

Bien sûr, il est encore très loin du roi incontesté de la surface qu'est Rafael Nadal et ses 92% de victoires sur terre battue en carrière (459 victoires - 42 défaites). Mais Diego Schwartzman est l'autre pur terrien parmi les rescapés des quarts de finale de cette édition. Avec 58% de victoires sur l'ocre (94-68), l'Argentin est redoutable sur cette surface puisque c'est sur celle-ci qu'il a remporté trois de ses quatre titres ATP (Buenos Aires, Rio, Istanbul). 

Si Novak Djokovic (80% de victoires) Stefanos Tsitsipas (75%) ou Alexander Zverev (71%) excellent sur terre, ils ne voient pas les autres surfaces comme un désavantage, puisque tous ont un très bon bilan sur dur également. Schwartzman, lui, est un pur terrien. À 28 ans, son bilan de victoires sur dur (53%) et en indoor (52%) est à peine à l'équilibre, alors qu'il exècre le gazon (33%). Le lutin argentin est "mono surface", et il mise donc beaucoup plus que les autres prétendants sur les tournois en terre battue. De quoi lui donner un surplus de motivation face à Nadal pour embellir sa saison sur terre compliquée en 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Roland-Garros 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.