Washington direct, France info

Présidentielle américaine : les républicains redoutent un effet anti-Trump au Sénat et à la chambre des représentants

Les électeurs américains votent le 3 novembre pour la présidentielle, mais aussi pour renouveller la Chambre des représentants et un tiers du Sénat.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Donald Trump en meeting à Sanford (Floride), le 12 octobre 2020.
Donald Trump en meeting à Sanford (Floride), le 12 octobre 2020. (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA VIA AFP)

J–21, dans trois semaines pile, les américains appelés aux urnes. Et pas seulement pour l'élection présidentielle américaine : pour le renouvellement du Congrès, aussi. Et l'enjeu est énorme. Le 3 novembre, les Américains vont voter pour renouveler l'intégralité de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat : 35 sièges sur les 100 que compte cette assemblée. La Chambre des représentants, elle, est déjà contrôlée par le camp démocrate. Mais la question est de savoir s'il y a une chance ou un risque selon les points de vue, qu'il contrôle aussi le Sénat.

>> PODCAST. Ecoutez "Washington d'ici", la campagne américaine racontée par les correspondants des radios francophones publiques

Et il y a un État où la course risque d’être particulièrement serrée, c’est la Caroline du Sud. Comme tous les États américains, elle compte deux sénateurs, tous les deux républicains, dont Lindsey Graham, élu depuis 2003. C'est un cacique du parti, un temps critique de Trump, aujourd'hui l'un de ses soutiens indéfectibles. Sauf que Graham commencent à s'inquiéter. Il y a un signe qui l'inquiète particulièrement, c'est le montant des levées de fonds de son adversaire démocrate. Il s'appelle Jaime Harrisson. Au troisième trimestre, Harrisson a récolté 57 millions de dollars, essentiellement de la part de petits donateurs. Jamais, pour une élection sénatoriale, on avait levé autant d'argent, ce qui faisait dire à Lindsey Graham, il y a quelques jours sur Fox News : "J'ai été tué, financièrement".

Et la mobilisation des donateurs démocrates se voit aussi dans les sondages, parce que Harrisson est désormais juste derrière Graham. Tout cela dans un État qui, en 2016, avait massivement voté pour Donald Trump avec à l'époque 14 points d'avance sur Hillary Clinton.

En jeu, la majorité au Sénat

La Caroline du Nord n'est pas le seul Etat où les républicains sont menacés. Il y a au moins quatre États, Arizona, Colorado, Maine, Montana, où le scrutin risque d'être serré, où il n'est pas impossible qu'un ou une démocrate l'emporte.

35 sièges au Sénat sont remis en jeu cette année. Les républicains doivent en défendre 23, 12 pour les démocrates. Aujourd'hui, la majorité républicaine est à 53 contre 47. Donc, si les démocrates gagnent 4 sièges, ils prennent le contrôle du Sénat. Et dans les rangs républicains, quand on voit les mauvais sondages actuels du président Trump, on commence à paniquer et à se demander si une éventuelle défaite de leur candidat à la présidentielle ne risquerait pas aussi d'entraîner un changement de majorité à la chambre haute du Congrès.

Donald Trump en meeting à Sanford (Floride), le 12 octobre 2020.
Donald Trump en meeting à Sanford (Floride), le 12 octobre 2020. (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA VIA AFP)