Washington direct, France info

Alors que Donald Trump s'est "vraiment régalé" lors du premier débat contre Joe Biden, les organisateurs réfléchissent à de nouvelles règles pour le prochain

Le président américain assure que le débat entre les deux candidats à l'élection américaine a battu des records d'audience. Ce qui n'est pas le cas. Surtout, les organisateurs cherchent des solutions pour que le prochain ne tourne pas à la foire d'empoigne.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Donald Trump et son épouse Melania à l\'issue de premier débat face à Joe Biden, le 29 septembre 2020.
Donald Trump et son épouse Melania à l'issue de premier débat face à Joe Biden, le 29 septembre 2020. (SAUL LOEB / AFP)

Les Etats-Unis ont un peu la gueule de bois au lendemain du chaotique premier débat entre Donald Trump et Joe Biden. Le président américain, lui, est plutôt satisfait de la façon dont ce débat s'est déroulé. Il l'a dit mercredi soir devant ses supporters réunis à Duluth (Minnesota) pour ce nouveau meeting dans la campagne pour la présidentielle américaine. "Je me suis vraiment régalé mardi soir lors du débat avec Sleepy Joe, dit Trump, en affublant Joe Biden de l'un des surnoms qu'il affectionne, 'Joe l'endormi'. Et nous l'avons gagné largement. Vous savez quoi ? Dans toute l'histoire de la télévision par câble, c'est la plus grosse audience jamais enregistrée."

En vérité, l'institut Nielsen a compté 73 millions de téléspectateurs. Ce n'est pas mal, mais c'est beaucoup moins, par exemple, que le premier débat entre Donald Trump et Hillary Clinton en 2016, qui avait réuni 84 millions de téléspectateurs. Et c'est beaucoup moins, par exemple, qu'une finale du Super Bowl qui, généralement, attire entre 100 et 115 millions de téléspectateurs. N'en déplaise au président sortant, le débat de mardi soir n'a donc pas battu de record d'audience.

La possibilité de couper le micro au prochain débat

Donald Trump est satisfait, ce qui n'est pas forcément le cas des organisateurs. Et du journaliste, Chris Wallace, qui animait ou qui a tenté d'animer ce débat. Le journaliste de Fox News est littéralement atterré. Dans un entretien au New York Times (article en anglais), il s'est dit "désespéré, pas pour moi, mais pour mon pays. Je n'ai jamais pensé que ça déraillerait de cette manière." Même sentiment du côté du comité d'organisation des débats présidentiels qui, pour les deux prochains duels, est en train de réfléchir à de nouvelles règles, à des outils additionnels qui seront imposés aux équipes républicaine et démocrate. L'une des idées, notamment, ce serait de faire en sorte que les organisateurs puissent couper le micro de l'un ou de l'autre s'ils interrompent leur adversaire ou le présentateur. La décision devrait être prise dans les 48 prochaines heures et s'appliquer dès le prochain débat, le 15 octobre à Miami.

Ce deuxième débat aura une forme un peu différente. Ce sera sur le format d'un "town hall". Les deux candidats seront interrogés par une quinzaine de citoyens américains et un journaliste. C'était le format prévu depuis le début. Peut-être que cela ramènera un peu de calme et de sérénité. C'est donc le 15 octobre à Miami. Et avant cela, le 7 octobre à Salt Lake City, dans l'Utah, ce sera le duel des colistiers Mike Pence face à Kamala Harris, dont tout le monde espère qu'ils se conduiront un petit peu mieux que les deux candidats à la présidentielle.

Donald Trump et son épouse Melania à l\'issue de premier débat face à Joe Biden, le 29 septembre 2020.
Donald Trump et son épouse Melania à l'issue de premier débat face à Joe Biden, le 29 septembre 2020. (SAUL LOEB / AFP)