Vous en parlerez aujourd'hui, France info

Vous en parlerez aujourd'hui. Le passage à l'euro aurait fait perdre 56 000 euros à chaque Français

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager, à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, l'étude d'un think tank allemand qui tire un bilan du passage à l'euro.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des billets de 5, 20 et 50 euros.
Des billets de 5, 20 et 50 euros. (MARTINE BRESON / RADIO FRANCE)

Le passage à l'euro aurait fait perdre beaucoup d'argent à la France et à l'Italie, les Allemands et les Hollandais en auraient le plus profité : tel est le résultat d’une enquête réalisé par le Centrum für Europäische Politik sur les 20 ans de l’euro. Le Centrum für Europäische Politik, c’est un think tank allemand reconnu pour son sérieux et sa rigueur. Même si on ne crache jamais sur une blague comportant les mots "taux préférentiels" et "banque centrale".

Selon le Centrum für Europäische Politik, le passage à l’euro, sur la période 1999-2017, aurait donc coûté à chaque Français 56 000 euros. Avec cette étude, un think tank europhile corrobore les critiques des eurosceptiques et le fameux "Depuis le passage à l’euro les Français ont perdu du pouvoir d’achat". Souvenez-vous, au départ, on était très enthousiastes. Dans ses vœux, le président de la République, Jacques Chirac disait, en 1999 : "L'euro nous apportera plus de choix dans nos achats. Des prix plus bas. De nouvelles parts de marché..." 

56 000 euros plus tard, c’est moins la fête...

Pour arriver à cette conclusion le Centrum für Europäische Politik a utilisé des algorithmes pour savoir ce que serait le PIB par habitant si le pays donné n’avait pas adopté l’euro. Les Allemands et les Hollandais ont donc profité à fond de la monnaie unique avec 20 000 euros de plus dans les poches de chacun. Plus étonnant, les Grecs aussi mais seulement au début. Nous, nous sommes avant-derniers, juste devant l’Italie à qui l’euro aurait coûté 73 000 euros à chaque habitant. Si on voit le bon côté de la chose, on peut se dire : "Génial, j’ai dépensé 56 000 euros alors que je ne les avais même pas". C’est assez grisant. De l’autre côté, on se dit :  "56 000 euros, le chiffre est effarant alors que l’on parle de pouvoir d’achat et de pouvoir vivre dignement." Ce à quoi répondent certains : "Oui, c’est fou avec 56 000 euros, j’aurais pu acheter 50 000 iPhone X". Chacun ses priorités.

Une étude intéressante mais qui n’a qu’un but, montrer que seules les méthodes libérales marchent. La France et l’Italie misaient tout sur les dévaluations de leurs monnaies nationales pour se remettre à flot, ce n’est plus le cas avec l’euro, alors il faut serrer la vis. Le rapport parle même de rigueur et de réforme de fond pour que l’euro rapporte aux Français. Chaque chose en son temps. Selon un récent sondage Ipsos, les Français restent attachés à la monnaie unique pour sa stabilité mais 54% d’entre eux convertissent encore les euros en francs dans leur quotidien. On va y arriver…    

 

Des billets de 5, 20 et 50 euros.
Des billets de 5, 20 et 50 euros. (MARTINE BRESON / RADIO FRANCE)