Vous en parlerez aujourd'hui, France info

Aux États-Unis, Amazon ouvre sa première supérette sans caisses ni caissiers

Le géant du commerce en ligne ouvre aujourd'hui à Seattle une nouvelle expérience de shopping.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Amazon Go ouvre au public à Seattle
Amazon Go ouvre au public à Seattle (AFP)

C’est le New York Times qui raconte cette expérience inédite de courses chez Amazon Go. Le journaliste a d’abord l’impression de débarquer dans une station de métro. On y trouve les mêmes portiques mais cette fois, pas besoin de ticket, C’est le smartphone qui sert de sésame. Ici, pas de compte Amazon, pas de shopping possible.

À l’intérieur des modestes 170 m², des sodas, des chips, des salades, du pain de mie, etc. Bref, du banal. C’est la technologie derrière ces emplettes d'un nouveau genre qui étonne. Chez Amazon Go, il n'y a ni caisse ni caissiers. Les salariés, on les trouve dans le réapprovisionnement ou pour aider les clients perdus. Il n'y a pas non plus de panier à disposition. On met les articles directement dans son sac. Chaque fois qu’on prend un article, il est automatiquement ajouté sur son compte Amazon.

Si l’on remet l'article sur l'étagère, il est supprimé du chariot virtuel. Un processus inédit rendu possible grâce à des centaines de petites caméras disposés dans tout le magasin. Un logiciel de reconnaissance visuelle permet ensuite d’identifier chaque marchandise. Enfin, le client quitte la supérette sans même sortir sa carte de crédit. Son compte est débité dès qu’il franchit les portes du magasin. Le journaliste a même eu l’impression de commettre un vol. Alors, avec l’autorisation de la firme, il a tenté de voler Amazon Go. Il a caché soigneusement un sac à provisions et il est parti. Son compte Amazon a quand même été débité du contenu du sac.

Amazon Go ouvre au public à Seattle
Amazon Go ouvre au public à Seattle (AFP)